Arménie

Arménie

La diversité mais pas encore l'indépendance

En Arménie, la diversité du paysage médiatique s’est épanouie, mais le pouvoir issu de la « révolution de velours » du printemps 2018 n’a pas endigué sa polarisation. La ligne éditoriale des principales chaînes de télévision coïncide avec les intérêts de leurs propriétaires ; la transparence de la propriété des médias et l’indépendance journalistique restent donc des défis importants. Cette dernière a été encore restreinte dans le cadre de l'état d'urgence, instauré le 27 septembre 2020 au déclenchement du conflit du Haut-Karabakh, sur le territoire disputé avec l'Azerbaïdjan. Les journalistes restent par ailleurs des cibles pour certains groupes politiques, comme l'illustre l’attaque des locaux de Radio Azatutyun peu après le cessez-le-feu, le 10 novembre. La multiplication des poursuites judiciaires contre les journalistes suscite également l’inquiétude, de même que l'excès observé dans la lutte contre la désinformation. L'implication des services secrets dans ce domaine, et les tentatives de légiférer sans discussion préalable avec la société civile et les professionnels sont alarmantes. Le journalisme d’investigation, qui prospère sur internet, est quant à lui bien placé pour jouer un rôle majeur dans le combat national contre la corruption.

63
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

-2

61 en 2020

Score global

+0,23

28,60 en 2020

  • 0
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre