Apple Daily : un an après la fermeture forcée à Hong Kong, sept membres de l’équipe toujours détenus

Il y a un an, le gouvernement hongkongais imposait la fermeture d’Apple Daily, le plus grand média d’opposition en langue chinoise. Sept membres de l’équipe du quotidien, dont son fondateur Jimmy Lai, sont encore détenus et risquent la prison à vie pour crimes supposés contre l’État.

Le 24 juin 2021, Apple Daily, le plus grand média hongkongais d’opposition en langue chinoise, était contraint de fermer ses portes suite à une descente de police dans ses locaux et au gel des actifs de sa maison mère imposé par le gouvernement. Un an plus tard, sept anciens membres de l’équipe du quotidien, dont son fondateur Jimmy Lai, sont toujours détenus et risquent la prison à vie pour crime contre l’État (voir la liste complète ci-dessous). Pour justifier ses accusations, le gouvernement a compilé plus de 150 articles, tribunes et vidéos publiés par le quotidien, qualifiés de “criminels” en vertu de la loi sur la sécurité nationale. 

“Un tel harcèlement judiciaire envers les anciens membres d’Apple Daily, un an après la fermeture forcée du quotidien, envoie un message glaçant à tous les journalistes basés à Hong Kong” commente le directeur du bureau Asie de l’Est de RSF, Cédric Alviani. Il appelle les démocraties à “faire davantage pression sur le régime de Pékin pour qu’il abandonne les charges contre les accusés et libère immédiatement tous ceux encore détenus.” 

En 2021, RSF a saisi d’urgence l’Organisation des Nations unies à deux reprises pour l’appeler à “prendre toutes les mesures nécessaires” afin d’assurer la liberté de la presse à Hong Kong et d’obtenir la libération immédiate de Jimmy Lai, fondateur d’Apple Daily et lauréat du prix RSF pour la liberté de la presse 2020.

En décembre dernier, le régime chinois a également utilisé la loi sur la sécurité nationale comme prétexte pour fermer le média en langue chinoise Stand News, alors que le climat de peur auquel sont confrontés les journalistes de Hong Kong a conduit au moins cinq petits médias à cesser leurs activités, dont l'agence de presse indépendante FactWire la semaine dernière.

Dans son dernier rapport d’investigation, Le grand bond en arrière du journalisme en Chine, publié le 7 décembre 2021, RSF donnait à voir la campagne de répression sans précédent menée ces dernières années par le régime chinois contre le journalisme et le droit à l'information dans le monde entier.

Autrefois bastion de la liberté de la presse, Hong Kong a chuté du 80e rang en 2021 au 148e rang dans le Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF en 2022.

 

Les sept anciens d’Apple Daily détenus

Jimmy Lai, 74 ans, fondateur du média

  • Détenu depuis : décembre 2020, déjà condamné à un total de 20 mois de prison pour avoir pris part à quatre manifestations “non autorisées” en 2019 et 2020. 
  • Accusations : six charges, allant de “conspiration en vue de publier des publications séditieuses” à “fraude” ou encore “conspiration en vue de commettre une collusion avec un pays étranger ou avec des éléments extérieurs”.
  • Peine maximale : prison à vie.
     

Cheung Kim-hung, 59 ans, directeur général

  • Détenu depuis : le 17 juin 2021
  • Accusations : “conspiration en vue de commettre une collusion avec un pays étranger ou avec des éléments extérieurs” et “conspiration en vue de publier des publications séditieuses”.
  • Peine maximale : prison à vie.
     

Law Wai-kwong (Ryan Law), 47ans, éditeur en chef

  • Détenu depuis : 17 juin 2021 
  • Accusations : “conspiration en vue de commettre une collusion avec un pays étranger ou avec des éléments extérieurs” et “conspiration en vue de publier des publications séditieuses”.
  • Peine maximale : prison à vie.
     

Lam Man-chung, 51 ans, responsable de la rédaction

  • Détenu depuis : le 17 juin 2021
  • Accusations : “conspiration en vue de commettre une collusion avec un pays étranger ou avec des éléments extérieurs” et “conspiration en vue de publier des publications séditieuses”.
  • Peine maximale : prison à vie.
     

Chan Pui-man, 51 ans, éditeur associé

  • Détenu depuis : le 21 juillet 2021
  • Accusations : “conspiration en vue de commettre une collusion avec un pays étranger ou avec des éléments extérieurs” et “conspiration en vue de publier des publications séditieuses”.
  • Peine maximale : prison à vie.
     

Fung Wai-kong (aka Lo Fung), 57 ans, éditeur d’Apple Daily Anglais

  • Détenu depuis : le 21 juillet 2021
  • Accusations : “conspiration en vue de commettre une collusion avec un pays étranger ou avec des éléments extérieurs” et “conspiration en vue de publier des publications séditieuses”.
  • Peine maximale : prison à vie.
     

Yeung Ching-kee (aka Li Ping), 55 ans, chroniqueur 

  • Détenu depuis : le 21 juillet 2021
  • Accusations : “conspiration en vue de commettre une collusion avec un pays étranger ou avec des éléments extérieurs” et “conspiration en vue de publier des publications séditieuses”.
  • Peine maximale : prison à vie.
Image
148/180
Score : 41.64
Publié le 17.06.2022