Algérie

Algérie

Un paysage médiatique verrouillé par des lois liberticides

Deux ans après le début du Hirak, la situation politique en Algérie reste instable et la liberté d’informer est plus que jamais menacée. Profitant de la crise du coronavirus et de l'arrêt des manifestations populaires qui ont secoué le pays depuis février 2019, les autorités ont adopté des lois liberticides aux contours flous visant à verrouiller encore plus la liberté de l’information. Les poursuites judiciaires et les condamnations de journalistes pour des publications portant « atteinte à l’unité nationale » ou « atteinte à l'ordre public et à la sûreté de l'Etat » sont récurrentes. Plusieurs médias en ligne ont été bloqués et ne sont plus accessibles. Face aux pressions, les journalistes et les médias peinent à faire leur travail. Un durcissement visible de la répression envers toutes les voix dissidentes est à l'œuvre alors que les citoyens algériens ne cessent de revendiquer davantage de libertés.

146
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

0

146 en 2020

Score global

+1,74

45,52 en 2020

  • 0
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre