Actualités

4 février 2021

Visite du Premier ministre slovaque à RSF : "Faites de la Slovaquie un modèle de liberté de la presse pour l’Europe"

Le Premier ministre Igor Matovič dans les locaux de RSF
Lors d’une visite du Premier ministre slovaque au siège de l’organisation à Paris, le secrétaire général de RSF a déclaré que l’absence de condamnation du commanditaire de l’assassinat de Ján Kuciak est une tâche pour l’histoire contemporaine de la Slovaquie. Christophe Deloire a demandé à Igor Matovič de passer des promesses aux actes en adoptant des mesures ambitieuses pour la protection des journalistes.

A la veille du troisième anniversaire de l’assassinat du journaliste d’investigation Ján Kuciak et de sa fiancée Martina Kušnírová, le Premier ministre slovaque Igor Matovič a consacré une réunion de travail à la liberté de la presse au siège de Reporters sans frontières (RSF) à Paris. 


La Slovaquie a des responsabilités particulières, au regard  de l’assassinat de Ján Kuciak. Faites de votre pays un modèle de liberté de la presse en Europe," a demandé le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, lors de sa rencontre avec Igor Matovič. “Nous avons été consternés de voir que si deux auteurs et un intermédiaire de l’assassinat ont été condamnés, le ou les commanditaires ne l’ont pas été. Si on devait en rester là, cela resterait comme une tâche sur l’histoire contemporaine de la Slovaquie,” 


Selon RSF, plusieurs conditions doivent être remplies pour que la Slovaquie devienne exemplaire : une meilleure protection des journalistes, la fin des attaques verbales des politiques contre les médias, le renforcement de l’indépendance éditoriale et financière de l’audiovisuel public et surtout la condamnation des crimes contre les journalistes, notamment de l'assassinat de Ján Kuciak et de sa compagne.


Alors que l’entrepreneur Marian Kočner, suspecté d’avoir ordonné l’assassinat du 21 février 2018, et son associée Alena Zsuzsová, restent en prison pour d’autres crimes, ils ont été acquittés en première instance en septembre dernier dans le dossier Kuciak. Après l’appel du parquet, ce verdict doit être examiné cette année par la Cour suprême. Dans l'hypothèse où celle-ci casserait l’acquittement, le secrétaire général de RSF a demandé au Premier ministre slovaque de faciliter la reconstitution de la cellule ‘Kuciak’ au sein de la police pour qu’elle puisse continuer l’enquête. 


Igor Matovič, quant à lui, a expliqué qu’en donnant à la justice slovaque “les mains libres” pour lutter contre la corruption, il espérait “supprimer le système qui avait permis” que le journaliste d’Aktuality.sk, qui enquêtait sur la corruption, et sa compagne Martina Kušnírová soient assassinés.


Christophe Deloire a insisté sur l’importance pour les autorités slovaques de protéger les journalistes. La police peine à enquêter sur la surveillance privée d’une trentaine de journalistes en 2017 et 2018, dont est aussi soupçonné Marian Kočner, ainsi que sur l’intimidation du journaliste d’Aktuality.sk, Peter Sabo, qui a retrouvé une balle dans sa boîte aux lettres en juin dernier. A la fin de l’année 2020 et au début de 2021, la journaliste d’investigation de Dennik N, Monika Tódová, a également signalé avoir été surveillée pendant plusieurs jours par deux hommes


Lors de l’entretien, le président de la Commission de la culture et des médias du parlement slovaque, Kristián Čekovský, qui accompagnait le Premier ministre à RSF, a présenté de nouvelles mesures pour protéger les journalistes et leurs sources, améliorer l'accès à l’information, supprimer des peines privatives de liberté pour diffamation et renforcer la transparence dans la propriété des médias. Une réforme de l’audiovisuel public Rozhlas a televízia Slovenska (RTVS) est aussi envisagée afin de renforcer son indépendance éditoriale après le départ d’une trentaine de journalistes en raison de censure politique par la direction nommée sous l’ancien gouvernement, mais toujours en place. 


“Il faudra passer des promesses aux actes, pour que ces nouvelles mesures entrent dans la législation,” a encore demandé le secrétaire général de RSF au Premier ministre slovaque. 


Tout en exprimant son attachement à la liberté de la presse, Igor Matovič a souligné aussi le besoin de promouvoir la responsabilité des médias et l’information fiable. "Les réseaux sociaux sont trop puissants et sont capables de détruire des systèmes démocratiques entiers," a-t-il constaté. Dans ce contexte, le secrétaire général de RSF a évoqué les initiatives structurelles lancées par RSF, et a suggéré au Premier ministre d’associer la Slovaquie à l’Initiative internationale sur l’information et la démocratie, un accord intergouvernemental adopté par 38 pays pour promouvoir et mettre en œuvre des principes démocratiques dans l’espace global de l’information et de la communication, et à la Journalism Trust Initiative (JTI), pour favoriser la fiabilité de l’information sur la base d’un dispositif d’auto-régulation. 


Sur le plan international, Christophe Deloire a demandé à Igor Matovič de promouvoir la liberté de la presse en Hongrie et en Pologne à travers des initiatives européennes ainsi que régionales au sein du groupe de Visegrad dont ces trois pays font partie. 


La Slovaquie se situe à la 33e place au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.