Actualités

20 novembre 2019

RSF salue l'attribution du prix PEN Suède à l'éditeur Gui Minhai détenu en Chine

Reporters sans frontières (RSF) salue l'attribution par PEN Suède du prix Tucholsky 2019 à l'éditeur suédois Gui Minhai, détenu arbitrairement en Chine depuis 2015 en dépit de graves problèmes de santé.

L'éditeur suédois Gui Minhai, 55 ans, détenu arbitrairement en Chine sans date de procès après avoir été kidnappé en Thaïlande en 2015, s’est vu décerner vendredi 15 novembre le Prix Tucholsky 2019 de l’association de défense de la liberté d’expression PEN Suède. La ministre suédoise de la Culture et de la Démocratie, Amanda Lind, a remis le prix en dépit de menaces publiques proférées par l’ambassadeur de Chine en Suède Gui Congyou.


« Le cas de Gui Minhai montre qu'un citoyen de l'Union européenne peut être kidnappé et détenu pendant quatre ans sans aucune raison valable et en toute impunité par le régime de Pékin, dénonce Erik Halkjaer, président de Reporters sans frontières (RSF) Suède. Cédric Alviani, directeur du bureau Asie de l’Est de RSF, exhorte pour sa part la communauté internationale à « accroître la pression sur la Chine pour qu’elle libère Gui Minhai et tous les autres journalistes et blogueurs emprisonnés. »


Gui Minhai est le dernier détenu parmi les cinq employés de la librairie Causeway Bay Books enlevés par le régime chinois en 2015, qui lui reproche en vrac d’avoir effectué « des opérations commerciales illégales », d’avoir « divulgué des secrets d'État » et d’avoir « fréquenté illégalement des diplomates étrangers. » En 2017, les autorités chinoises l'ont empêché de rencontrer un médecin choisi par son ambassade alors qu’il présentait les symptômes d’une maladie neurologique grave.


RSF a appelé à plusieurs reprises à la libération de Gui Minhai et a soumis son cas au groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire (UNWGAD).


La Chine, avec au moins 120 journalistes derrière les barreaux, se classe au 177ème rang sur 180 pays et territoires dans le Classement mondial RSF de la liberté de la presse 2019. La Suède figure pour sa part au 3ème rang.