Actualités

22 septembre 2016 - Mis à jour le 23 septembre 2016

Présidentielle en France : RSF dénonce la décision du FN de sélectionner les journalistes

Marine Le Pen à Fréjus, le 18 septembre 2016 / AFP
Le Front national a refusé d’accorder des accréditations aux journalistes de Mediapart et de l’émission “Quotidien” de Yann Barthès (TMC), comme ils ont pu le constater lors des “Estivales de Marine Le Pen” à Fréjus (Var) les 17-18 septembre 2016. Une atteinte à la liberté d’informer, selon Reporters sans frontières (RSF).

Pour se justifier, le Front national affirme que ces médias ne traitent pas la présidente du Front national comme les autres candidats à la présidentielle, et rappelle que Mediapart n’avait pas invité Marine Le Pen à participer à une série d’entretiens menés avec les candidats à la présidentielle de 2012.


Par la voix de son directeur de la communication Alain Vizier, le FN ajoute que le refus d’autoriser ces médias à travailler se poursuivra pendant toute la campagne si ceux-ci ne changent pas «d’attitude à l’égard du Front National et ne modifient pas leur couverture de ses activités».


«Le refus d’accréditer un média au prétexte que sa ligne éditoriale déplaît à un parti politique est inadmissible, déclare Pauline Adès-Mével, responsable du bureau Europe de Reporters sans frontières (RSF). Instaurer un chantage afin qu’un média modifie sa couverture montre que le Front national ne respecte pas une des valeurs fondamentales de la République qu’est la liberté de l’information.»


La rédaction de Mediapart se défend en soulignant qu’elle publie régulièrement des sujets sur divers aspects relatifs au FN, depuis 4 ans et ce malgré cette ostracisation. En 2014, la journaliste chargée du FN Marine Turchi avait pu couvrir une matinée de l’Université d’été du parti avant que des organisateurs s’en aperçoivent et l’évincent dès l’après-midi.


Concernant “Quotidien”, l’interdit du FN porte sur la personne même de Yann Barthès, puisque malgré son départ du Petit Journal et son arrivée sur TMC, les journalistes de son équipe continuent d’être bannis des événements du parti. Preuve en est, la nouvelle équipe du “Petit journal” de Cyrille Eldin a quant à elle pu filmer lors de l’événement de Fréjus.


La France est 45e sur 180 au Classement mondial sur la liberté de la presse établi par RSF.