Actualités

16 mai 2018

Enquête sur la mort de Ján Kuciak: une journaliste tchèque contrainte de dévoiler ses sources

Pavla Holcova, Jan Kuciak et sa compagne, Martina Kusnirova. Blesk.cz
Dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du journaliste slovaque Ján Kuciak, la police a saisi le téléphone d’une journaliste d’investigation tchèque, qui avait pourtant fait valoir son droit à protéger ses sources. Reporters sans frontières (RSF) demande la restitution immédiate de son matériel et appelle la police slovaque à ne pas se tromper de cible.

Au départ, il s’agissait d’une simple convocation pour être entendue comme témoin dans l’affaire du meurtre en février dernier de son collègue Ján Kuciak. Mais mardi 15 mai, l’entretien de la police slovaque avec la journaliste du Centre tchèque pour le journalisme d’investigation, Pavla Holcová a tourné à l’interrogatoire. Pendant huit heures, la journaliste a dû répondre aux questions des enquêteurs qui ont exigé qu’elle révèle non seulement le contenu de ses échanges avec Ján Kuciak -ce que la journaliste avait déjà fait volontairement- mais aussi ceux d’autres contacts qui n’avaient aucun lien avec le meurtre du journaliste slovaque d’investigation.


Face au refus de Pavla Holcová, qui travaille sur des dossiers sensibles dans le cadre du réseau OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting Project) de révéler ses sources, les enquêteurs ont fini par lui présenter une autorisation spéciale du procureur permettant la confiscation de son téléphone afin d’en “extraire les données”.


Le téléphone de Pavla Holcová a été officiellement saisi dans le but d’extraire des données que la journaliste avait déjà livrées aux enquêteurs ! Nous demandons à la police slovaque de lui restituer immédiatement son matériel, déclare Pauline Adès-Mevel, responsable du bureau UE-Balkans de RSF. La police slovaque ne doit pas se tromper de cible. Le besoin de faire avancer l’enquête sur le double meurtre de Ján Kuciak et sa compagne ne doit pas être un prétexte pour faire pression sur un journaliste d’investigation et ses sources, dont la protection doit être assurée."


La Slovaquie a accusé un net recul dans le dernier Classement de la liberté de la presse de RSF et occupe désormais la 27e place sur 180 pays. L’assassinat du journaliste d’investigation Ján Kuciak qui aurait fêté son anniversaire demain jeudi 17 mai, a exposé au grand jour de nombreux problèmes auxquels font souvent face les journalistes slovaques.