Thaïlande : deux journalistes poursuivis pour “vandalisme” après un reportage sur des graffitis critiques de la monarchie

Reporters sans frontières (RSF) appelle le ministère public thaïlandais à abandonner immédiatement les poursuites engagées contre deux journalistes thaïlandais, qui risquent jusqu'à sept ans de prison pour avoir couvert une affaire de graffitis critiquant la loi de lèse-majesté peints sur un temple de la capitale l'année dernière.

Ils risquent sept ans de prison pour avoir fait leur travail. Les journalistes thaïlandais Nutthaphol Meksobhon, reporter pour le site d'information indépendant Prachatai, et Natthaphon Phanphongsanon, photographe indépendant, ont été inculpés pour "collaboration au vandalisme d'un site historique". En cause : leur publication d’un reportage sur un graffiti peint par un militant politique sur le mur d'un temple en mars 2023, affichant un symbole anarchiste ainsi que le numéro 112 barré, signe d’opposition à la loi de lèse-majesté.

Les deux journalistes ont été libérés sous caution le 14 février 2024, après une nuit de garde à vue passée dans un commissariat de Bangkok. Accusés d’avoir enfreint la loi sur la propreté et la loi sur les monuments anciens, ils encourent une peine maximale de sept ans de prison et une amende de 700 000 bahts (18 000 euros). Aucune date n’a été annoncée pour leur procès à venir.

“Accuser des journalistes de vandalisme, alors qu’il n’ont fait que rapporter des faits ressemble à une manœuvre des autorités pour les dissuader de faire des reportages sur les voix critiques de la monarchie. Nous appelons le gouvernement à abandonner ces poursuites absurdes et à cesser de harceler les journalistes qui couvrent les questions liées à la monarchie.

Cédric Alviani
Directeur du bureau Asie-Pacifique de RSF

En Thaïlande, le crime de lèse-majesté est régulièrement utilisé pour emprisonner les voix critiques de la monarchie. Cette disposition, vaguement définie à l’article 112 du Code pénal thaïlandais, prévoit une peine maximale de 15 ans de prison pour quiconque “diffame, insulte ou menace le Roi, la Reine, ou l'héritier au trône”.
 

La Thaïlande est classée à la 106e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2023, en progression de 34 places par rapport à 2020.

Image
106/ 180
Score : 55,24
Publié le