Serbie

Serbie

Un climat de plus en plus dangereux

VOIR LE #MomProject SUR L'INDÉPENDANCE DES MÉDIAS EN SERBIE

Cinq ans après qu’Aleksandar Vucic a pris les rênes de la Serbie en tant que Premier ministre puis en tant que président, exercer le journalisme dans le pays n’est plus une activité ni sûre ni encouragée par le pouvoir en place. Le nombre d’attaques contre des journalistes et des médias, les menaces de mort ainsi que l’utilisation par bon nombre de responsables politiques d’une rhétorique de plus en plus incendiaire contre la profession est en nette hausse. De nombreuses atteintes à l’intégrité physique contre des journalistes ne sont ni instruites ni résolues, et les campagnes de diffamation agressives que les médias progouvernementaux orchestrent contre les journalistes d'investigation battent leur plein. Certains reporters courageux continuent d’enquêter sur des sujets à risque comme la criminalité ou la corruption, mais du fait d’une forte concentration et d’un manque de pluralisme dans le pays, leurs reportages ont une portée limitée. La collusion entre politiques et médias, la désinformation tolérée par le gouvernement et le manque de pluralisme dans la presse écrite et audiovisuelle sont également des sources de grande préoccupation.

90
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

-14

76 en 2018

Score global

+1,60

29,58 en 2018

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre