RSF exige la révocation de l’acte de dissolution du portail philippin Rappler

Reporters sans frontières (RSF), à l’unisson des autres membres de la coalition #HoldTheLine (HTL), condamne fermement l’ordre historique de fermeture du portail d’information Rappler, approuvé cette semaine par la commission philippines des opérations en bourse (Securities and Exchange Commission, SEC).

"Cet ordre de fermeture s’inscrit dans un contexte d’attaques menées sur plusieurs fronts par les autorités philippines afin de réduire au silence Rappler et sa fondatrice Maria Ressa, co-lauréate du prix Nobel de la paix 2021. Il vient s’ajouter à une longue liste des pressions exercées depuis plusieurs années sur les rares organes de presse indépendants qui subsistent aux Philippines", déclare le comité de pilotage de la coalition #HoldTheLine.

"Nous appelons la SEC à annuler sa décision. Le président nouvellement élu, Ferdinand Marcos Junior, doit mettre un terme à la répression exercée par les autorités contre les médias, ordonner l’abandon de l’ensemble des charges en cours contre Maria Ressa, ses collègues et le groupe de presse Rappler, et prendre des mesures concrètes pour améliorer la situation de la liberté de la presse dans l’archipel."

L’ordre est sans précédent : jamais un média philippin n’avait vu sa licence révoquée de la sorte. Le groupe a déjà annoncé son intention de mobiliser tous les recours légaux possibles pour annuler cette décision, rendue dans les tous derniers jours de l’administration Durterte, le président sortant. Sous son mandat, Rodrigo Duterte a mené une persécution sans relâche contre Rappler et sa fondatrice, Maria Ressa.

Avec sept affaires actuellement portées devant la justice, le groupe Rappler fait face à une campagne sans fin de harcèlement juridique et de violences en ligne. Ces accusations, qui reposent sur des motifs fallacieux - évasion fiscale ou cybercriminalité, entre autres - menacent la survie même du site, faisant encourir des peines de prison à ses journalistes. Durant le seul mois d’avril 2022, seize nouvelles plaintes ont été enregistrées contre Maria Ressa et Rappler, dans un contexte de campagne pour l’élection présidentielle. Plusieurs d’entre elles ont déjà été rejetées par les tribunaux.

Les Philippines occupent la 147e place sur 180 pays au classement mondial de la liberté de la presse 2022 élaboré par RSF.

--

Julie Posetti (ICFJ), Gypsy Guillén Kaiser (CPJ) et Rebecca Vincent (RSF), pour la coalition #HoldTheLine.

Pour plus d’informations, contacter [email protected], [email protected], [email protected]

NOTE : La coalition #HTL comprend plus de 80 organisations à travers le monde. Cette déclaration est publiée par le comité de pilotage de la coalition #HoldTheLine, mais ne reflète pas nécessairement la position de l’ensemble des membres ou organisations.

Image
147/180
Score : 41,84
Publié le