Ricardo González a mis un terme à sa grève de la faim

Le 29 décembre, Alida Viso Bello, l'épouse de Ricardo González Alfonso, a informé Reporters sans frontières que son mari avait mis un terme à sa grève de la faim le 24 décembre. Le correspondant de l'organisation avait cessé de s'alimenter le 8 décembre dernier, pour protester contre ses conditions de détention.

Le 29 décembre, Alida Viso Bello, l'épouse de Ricardo González Alfonso (photo), a informé Reporters sans frontières que son mari avait mis un terme à sa grève de la faim le 24 décembre. Selon elle, il a "reçu une réponse satisfaisante à ses revendications". ---------------------------------- 19.12.2003 - Le correspondant de Reporters sans frontières a entamé une grève de la faim en prison Ricardo González Alfonso, correspondant de Reporters sans frontières condamné à 20 ans de prison le 7 avril dernier, a entamé une grève de la faim le 8 décembre 2003. Il demande à ne plus être détenu avec des prisonniers de droit commun. "Nous tenons les autorités de La Havane pour responsable de l'état de santé du journaliste", a mis en garde Reporters sans frontières. Selon l'organisation, "plusieurs journalistes ont récemment été transférés dans des cellules collectives avec des détenus de droit commun où ils sont exposés aux violences de leur codétenus, commanditées parfois par les autorités". Avec 29 journalistes incarcérés, Cuba est la plus grande prison du monde pour cette profession devant la Birmanie (16) et l'Erythrée (14). Lors d'un entretien avec Reporters sans frontières, Alida Viso Bello, la femme de Ricardo González Alfonso, a confié l'avoir trouvé amaigri. Elle a pu le rencontrer le 17 décembre à la prison "Kilo 8" (province de Camagüey, Centre), distante de plus de 500 kilomètres de son domicile de La Havane. Le journaliste demande à ne plus partager de cellule avec des prisonniers de droit commun ou, pour le moins, à être détenu avec des individus moins agressifs. Depuis le 6 novembre, il a été transféré dans différentes cellules du bloc 7 de la prison avec des prisonniers de droit commun, dont l'un condamné pour homicide. A deux reprises ses codétenus lui ont volé des affaires personnelles. Le 14 décembre, Ricardo González Alfonso a été transféré dans une cellule à faible luminosité pour le punir de son "indiscipline" selon le responsable de la prison qui assistait à l'entretien entre le journaliste et sa femme. Le fonctionnaire a expliqué que le transfert dans une autre cellule ne dépendait pas de lui. Ricardo González Alfonso a été arrêté le 18 mars 2003 puis condamné à 20 ans de prison pour "actes contre l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Etat". Il était président de la Société Manuel Márquez Sterling, une association de journalistes interdite, et dirigeait la revue De Cuba, la première revue indépendante publiée sur l'île depuis l'instauration du régime castriste. Vingt-six des vingt-neuf journalistes détenus à Cuba ont été arrêtés en mars 2003 avec près d'une cinquantaine de dissidents. Ils ont été condamnés à des peines allant de 14 à 27 ans de prison. En savoir plus sur Ricardo González En savoir plus sur la revue De Cuba En savoir plus sur les journalistes cubains emprisonnés
Publié le
Mise à jour le 20.01.2016