République Tchèque

République Tchèque

Une concentration croissante

Les journalistes font face à d’importants défis : menaces sur l'audiovisuel public par le biais d’organes de surveillance contrôlés par le pouvoir, campagnes de diffamation en ligne et prolifération de médias dits « alternatifs ». Ainsi, la parole décomplexée des plus hautes sphères de l’État et du président Miloš Zeman contre les journalistes a ouvert la voie à une banalisation de la violence et à une méfiance croissante vis-à-vis de ces professionnels. La télévision publique fait face à un important bouleversement après le renouvellement d'une partie de son organe de surveillance par des personnalités très critiques envers le travail d'investigation des journalistes. La récente dissolution opaque de son organe de surveillance financière suscite des craintes quant à l'indépendance future du média public. La concentration des médias dans les mains de quelques oligarques est préoccupante. La pandémie de la Covid-19 a fortement limité le nombre de journalistes aux conférences de presse gouvernementales et provoqué de nombreux cafouillages avant la mise en place des visioconférences. Aucune accréditation n’a été accordée depuis le mois de mars 2020 au site Forum 24, très critique envers le Premier ministre Andrej Babiš, et des demandes d'accréditation sont restées sans réponse pour plusieurs médias souhaitant participer aux conférences de presse du ministère de la Santé à l'automne. En outre, par manque de temps, les médias accrédités n’ont pas toujours pu poser leurs questions au gouvernement ou au ministère de la Santé.


40
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

0

40 en 2020

Score global

+0,19

23,57 en 2020

  • 0
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre