République Tchèque

République Tchèque

Une concentration croissante

Les journalistes font face à d’importants défis : menaces sur l'audiovisuel public, par le biais d’organes de surveillance contrôlés par le pouvoir, et campagnes de diffamation en ligne. Tout cela implique qu’il existe de moins en moins de journalistes critiques. De plus, la parole décomplexée des plus hautes sphères de l’État contre les journalistes a ouvert la voie à une banalisation de la violence et à une méfiance croissante vis-à-vis d'eux. La concentration des médias dans les mains de quelques oligarques est de plus en plus préoccupante. En octobre 2019, le rachat par Petr Kellner, première fortune du pays, du groupe média CME, qui possède notamment TV Nova, première chaîne commerciale du pays, a fini d’achever ce processus. Bien que le milliardaire se défende de toute ambition politique, un événement survenu à la fin de l'année éclaire ses intentions : une enquête approfondie de deux journalistes d'investigation tchèques a montré qu'une société de crédit à la consommation du milliardaire, bien implantée en Chine, aurait financé une campagne pro-chinoise visant à améliorer l'image du pays auprès de l’opinion publique tchèque, notamment via un réseau d'experts et de journalistes.


40
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

0

40 en 2019

Score global

-1,32

24,89 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre