Qatar-Égypte : “Les journalistes d’Al Jazeera n’ont rien à faire en prison”, déclare RSF

À l’occasion de la visite de l’émir du Qatar au Caire, le 25 juin, pour rencontrer le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, Reporters sans frontières (RSF) rappelle que quatre journalistes de la chaîne qatarie Al Jazeera sont toujours détenus par les autorités égyptiennes et qu’ils doivent être libérés.

 

RSF réaffirme son appel à libérer les quatre journalistes d’Al Jazeera emprisonnés en Égypte, déclare la responsable du bureau Moyen-Orient de RSF, Sabrina Bennoui. Tous ont payé depuis trop longtemps le prix des rivalités politiques entre les deux pays et n’ont rien à faire en prison.

 

Rabie El-Sheikh, Ahmed El-Nagdy, Bahaa Ed-Din Ibrahim, et Hesham Abdel Aziz, tous journalistes pour Al Jazeera, sont toujours derrière les barreaux pour “appartenance à un groupe interdit” et “diffusion de fausses informations”. Tous les quatre sont en détention préventive dont la durée est sans cesse prolongée, respectivement depuis août 2021, août 2020, février 2020 et juin 2019. Leur tort : avoir travaillé pour la chaîne Al Jazeera, dont le siège est à Doha et dont la couverture était jugée favorable aux Frères musulmans, considérés comme une organisation terroriste en Égypte. La chaîne avait été fermée dès l’arrivée au pouvoir d’Abdel Fattah Al-Sissi en 2013.

 

En 2017, le Caire avait rompu ses relations diplomatiques avec le Qatar, en même temps que ses alliés du Golfe, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn. Le dialogue a été rétabli début 2021 et la chaîne a de nouveau été autorisée à exercer dans le pays

Image
168/180
Score : 30.23
Publié le 27.06.2022