Libérez Dawit Isaak !

7570 / 10000 signatures

Vos données resteront strictement confidentielles et protégées. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien de désabonnement en bas de nos emails. Vous disposez également d’un droit de modification et de suppression de vos données en écrivant à l’adresse [email protected] 

Monsieur le Président,
 

En septembre 2001, votre régime a raflé onze journalistes et mis définitivement fin à toute presse indépendante en Erythrée. Parmi eux figurait Dawit Isaak, rédacteur en chef du journal Setit et citoyen suédo-érythréen.
 

Depuis, Dawit n’a jamais été officiellement accusé de quoi que ce soit, n’a jamais été présenté à un juge et n’a jamais eu accès à un avocat. Il est pourtant toujours maintenu en détention.
 

Reporters sans frontières (RSF) détient aujourd’hui des informations indiquant la mort de sept co-détenus de Dawit Isaak emprisonnés avec lui en septembre 2001. Contrairement aux affirmations de votre régime, nous n’avons aucune preuve de vie concernant Dawit. La dernière remonte à 2010 ; il s'agit du témoignage d’un gardien de prison, qui le décrit menotté, maintenu à l’isolement sous des températures infernales.
 

S’il est toujours en vie comme vous le prétendez, il risque de périr en prison, comme ses collègues.
 

Par le passé, votre gouvernement a affirmé devant la Commission africaine des droits de l'Homme et des peuples que votre système judiciaire était indépendant et apte à juger le cas de Dawit Isaac. Vous avez également affirmé que les principes juridiques en Erythrée permettaient d'être protégé contre les arrestations et emprisonnements arbitraires. Or, à ce jour, ni lui, ni aucun journaliste n’a pu comparaître devant un tribunal.
 

Ill ne s’agit pas là d’ingérence, mais de vous appeler à respecter les lois et les principes de votre propre pays !
 

Il est urgent d’agir pour que Dawit Isaak, ainsi que tous les journalistes détenus en Erythrée, soient libérés.
 

Publié le
Mis à jour le 03.05.2017