Mauritanie

Mauritanie

Un blogueur condamné à mort pour apostasie

Ces dernières années, la Mauritanie avait accompli de grands progrès en matière de liberté de la presse, avec une sensible diminution des violences et des intimidations à l’encontre des journalistes. Mais depuis 2014, la condamnation à mort du blogueur Mohamed Cheikh Ould Mohamed Mkhaïtir pour apostasie et le refus répété des autorités de le gracier envoient un message d’intimidation clair à l’égard de la presse. D’autre part, la loi sur les cybercrimes de décembre 2015 ne fait pas d’exception pour le partage et la diffusion d’informations relevant de l’intérêt général et prévoit de lourdes peines de prison en cas de diffamation. Elle annule également d’anciennes législations visant à protéger les journalistes utilisateurs de technologies numériques. Par peur de représailles, l’essentiel des journalistes s’autocensure quand ils doivent couvrir des sujets tels que la corruption, les militaires, l’islam ou l’esclavage – qui existe encore dans ce pays.

55
au Classement mondial de la liberté de la presse 2017

Classement

-7

48 en 2016

Score global

+2,46

24,03 en 2016

  • 0
    journalistes tués en 2017
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2017
  • 0
    collaborateurs tués en 2017
Voir le baromètre