Luxembourg

Luxembourg

Une presse pluraliste mais dépendante d’intérêts économiques

De l’étranger, la liberté de la presse semble pleinement opérer au Luxembourg. Selon l’étude Eurobaromètre 2017, les résidents du Grand-Duché figurent parmi les plus gros consommateurs d’information (radio, presse écrite et télévision) dans l'Union européenne. Ils sont aussi ceux qui font le plus confiance aux médias. Cause ou conséquence, la presse écrite jouit d’un certain pluralisme. Grâce à un financement étatique généreux, l’information papier quotidienne représente assez fidèlement les principales forces politiques du pays. Une réforme du système d’aides à la presse prévoit une répartition plus équitable de ladite manne au profit des médias en ligne, apparus ces dernières années et qui revendiquent leur indépendance. En 2018, dans le procès consécutif aux révélations Luxleaks détaillant l’optimisation fiscale opérée par les multinationales grâce à la complaisance de l’administration grand-ducale, la justice luxembourgeoise a fini (en cassation) par concéder au lanceur d’alerte Antoine Deltour la légitimité du vol d’informations pour l’intérêt public qu’elles revêtaient. Une première qui offre un certain optimisme quant à la liberté d’expression (telle que prônée par la Cour européenne des droits de l’homme) au niveau local. Mais les conditions d’exercice du métier de journaliste souffrent de multiples résistances. D’abord, la justice et les ministères rechignent à communiquer jugements et documents techniques. Le travail de la presse souffre aussi de la taille restreinte du pays. Les intérêts économiques, qu’ils soient liés aux personnes ou aux systèmes de financement par la publicité, musèlent la presse de manière plus ou moins pernicieuse. Le doute plane également sur l’indépendance des médias radiophoniques et télévisuels, 100,7 et RTL, directement et indirectement financés par l’Etat (via une concession de service public dans le cas du groupe détenu par Bertelsmann). En se généralisant, connivences, échanges de bons procédés ou manœuvres délétères au service d’intérêts personnels menacent le fragile exercice de la liberté de la presse au Luxembourg. Deux développements positifs toutefois : les intérêts des journalistes se structurent via la formation, fin 2017, d’un syndicat unitaire (ALJP), et un média en ligne quasiment exclusivement financé par ses abonnés a vu le jour courant 2018 (reporter.lu).

17
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

0

17 en 2018

Score global

+0,94

14,72 en 2018

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre