A l'initiative de RSF, une opération de solidarité des chaînes TV et radio pour Olivier Dubois, otage au Mali

Alors que le journaliste est retenu en otage par un groupe armé au Mali depuis dix mois, Reporters sans frontières (RSF) annonce que les chaînes francophones diffuseront un message de soutien pour le journaliste français le 8 février.

Aujourd'hui, cela fait dix mois jour pour jour que le journaliste Olivier Dubois a été pris en otage au Mali. A cette occasion, les journaux télévisés et radios de grandes chaînes françaises ou francophones porteront un message de soutien au journaliste, assorti du rappel du nombre de jours passés en captivité. TF1, France Télévisions, Arte, M6, France 24, TV5 Monde pour la télévision, RFI, Radio France pour la radio, participeront à cette opération de solidarité initiée par RSF.


“Nous remercions chaleureusement les rédactions qui porteront un message de soutien et de solidarité à l’endroit du journaliste, pris en otage alors qu’il ne faisait que son travail, déclare le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire. Nous attendons des autorités maliennes et françaises qu’elles mettent tout en œuvre, dans un esprit de collaboration quel que soit le contexte diplomatique, pour obtenir sa libération au plus vite. Pour les familles et pour ses proches, l’attente est insupportable.”   


Olivier Dubois, journaliste français, correspondant de Libération, Le Point et Jeune Afrique, a été enlevé à Gao au Mali le 8 avril dernier alors qu’il se trouvait en reportage. Olivier Dubois est à ce jour le seul ressortissant français retenu en otage dans le monde. Près d’un mois après son enlèvement le 8 avril 2021, Olivier Dubois était apparu dans une courte vidéo diffusée sur les réseaux sociaux dans la nuit du 4 au 5 mai. Le journaliste y confirmait avoir été enlevé par le groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), une coalition de groupes armés affiliée à Al Qaïda. Depuis, aucune nouvelle n’a été officiellement communiquée, ni par ses ravisseurs, ni par les autorités maliennes et françaises. 


Le 8 juin, deux mois après le kidnapping du journaliste, RSF avait rassemblé des journalistes ayant eux aussi été otages sur la place de la République à Paris : Philippe Rochot (otage au Liban en 1986), Jean-Jacques Le Garrec (otage aux Philippines en 2000), Georges Malbrunot (otage en Irak en 2004),  Florence Aubenas (otage en Irak en 2005), Roméo Langlois (otage en Colombie en 2012) et Edouard Elias (otage en Syrie en 2013 et 2014).


Cette initiative s’inscrit dans la lignée de l’opération menée dans les grandes et moyennes villes françaises. Depuis l’été dernier, en partenariat avec RSF, des banderoles de soutien à l’effigie au journaliste français ont été déployées sur les frontons de 16 mairies partout en France : Avignon, Bayeux, Clermont-Ferrand, Marseille, Lille, Lyon, Nice, Nantes, Bordeaux, Montpellier, Paris, Rennes, Reims, Pau, Fort-de-France et La Rochelle.



Le 6 août, à l’occasion des 47 ans d’Olivier Dubois, RSF et ses rédactions lui avaient adressé des messages de soutien à travers une vidéo diffusée sur les réseaux. En janvier, la famille d’Olivier Dubois a lancé une pétition pour demander que la libération du journaliste constitue une priorité pour les autorités maliennes et françaises.


Le Mali occupe la 99e place sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse 2021 publié par RSF.

Publié le
Mise à jour le 08.02.2022