Lettonie

Lettonie

Le pluralisme en danger

La presse reste pluraliste, mais la diversité a tendance à se réduire. En novembre 2019, les nouveaux propriétaires de la plus ancienne chaîne de télévision privée, LNT, ont décidé de fermer la rédaction et de la remplacer par une chaîne de divertissement destinée à un public féminin. Environ 30 journalistes ont été licenciés. Une décision qui a déclenché l’indignation et que l’Association des journalistes lettons a qualifiée de « pire décision contre les médias depuis dix ans ». Les autorités lettones continuent de restreindre par tous les moyens les médias proches du Kremlin. En novembre 2019, neuf chaînes de télévision russes ont été interdites au motif que leurs propriétaires faisaient l’objet de sanctions de la part de l’Union européenne pour atteinte à l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Les journalistes subissent des insultes en tout genre et sont régulièrement la cible de harcèlement judiciaire de la part des politiques, en particulier au moment des élections. Cependant, les tribunaux rendent souvent des jugements en faveur des journalistes. Il n’y a pas de volonté politique en faveur d’un renforcement de la presse en Lettonie. Ainsi le Conseil national des médias électroniques et la radiotélévision publique ( NEPLP) sont-ils sous-dotés.

22
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

+2

24 en 2019

Score global

+0,97

19,53 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre