Hongrie

Hongrie

Un appétit insatiable pour les médias

En 2017, les hommes d'affaires proches du Fidesz, le parti au pouvoir dirigé par Viktor Orban, sont non seulement parvenus à acquérir de nouveaux médias mais aussi à chasser des investisseurs étrangers. Ils ont réalisé un coup de maître en prenant le contrôle des derniers quotidiens régionaux indépendants au cours de l’été.
Néanmoins, le paysage médiatique hongrois reste varié et les journaux en ligne n’hésitent pas à diffuser des reportages sur des affaires de corruption relatives à des proches du Premier ministre. Jusqu’aux élections législatives d’avril 2018, il existait encore un journal national critique du gouvernement, Magyar Nemzet, mais Lajos Simicska, son propriétaire -ancien financier de Viktor Orban devenu son pire ennemi- a préféré jeter l’éponge au lendemain de la victoire écrasante du Premier ministre. Dans le viseur du gouvernement il y a surtout deux médias puissants : la première chaîne privée RTL Klub et le portail politique indépendant index.hu.

73
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

-2

71 en 2017

Score global

+0,10

29,01 en 2017

  • 0
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre