En Suède aussi, des policiers maltraitent les journalistes

Quatre journalistes suédois ont récemment été arrêtés et forcés à cesser leur travail. Reporters sans frontières (RSF) s’étonne du manque de connaissances de la police en matière de protection juridique de la liberté de la presse.

La police de Stockholm a arrêté le journaliste Markus Jordö le 22 août dernier, alors qu’il réalisait un documentaire pour la chaîne de télévision publique suédoise SVT. Depuis le mois d’avril, c’est le quatrième professionnel des médias à avoir été forcé à interrompre son travail par les forces de l’ordre dans la capitale.

“Je suis abasourdi par le simple fait que la police soit intervenue de manière si brutale dans le travail d’un journaliste, déclare le président de RSF Suède, Erik Halkjaer. Elle a refusé son identification, l’a arrêté et a confisqué son matériel. Si l’on en juge par deux incidents similaires qui se sont produits ces derniers mois, il apparaît clairement que la police connaît mal les droits des journalistes et celui de la protection de leurs sources.”

“Les arrestations arbitraires de journalistes ne sont pas dignes d’un pays situé, de longue date, en haut du Classement mondial de la liberté de la presse de RSF, souligne le responsable du bureau UE-Balkans de RSF, Pavol Szalai. Nous demandons aux autorités suédoises de respecter leurs responsabilités et engagements internationaux. Ce pays doit montrer l’exemple, d’autant qu’il prend, en janvier prochain et pour six mois, la présidence tournante de l’Union européenne.”

Markus Jordö filmait une manifestation pour le climat qui bloquait une autoroute au sud de Stockholm lorsqu’il a été arrêté, en même temps que des activistes. La police ne lui a ni fourni d’explications sur les raisons de son arrestation ni donné l’occasion d’expliquer sa présence. Il n’a jamais eu non plus la possibilité de s’identifier en tant que journaliste. Ce qui n’a pas empêché les policiers de confisquer sa caméra, son téléphone et ses cartes mémoire – une atteinte claire à la constitution suédoise, qui protège les sources journalistiques.

Après neuf heures passées en cellule, Markus Jordö a été libéré et a récupéré sa caméra, mais on ne lui a rendu ses cartes mémoire que plus de 24 heures plus tard. D’abord accusé de sabotage, il a ensuite été disculpé de tout acte répréhensible.

Des journalistes traités comme des activistes

Le 3 juin, toujours à Stockholm, s’est produit un incident similaire qui donne aujourd’hui lieu à une enquête judiciaire initiée par le chancelier de justice suédois. Jonas Gratzer, qui travaille pour Getty Images, et Noa Söderberg, journaliste au quotidien Flamman et membre du bureau du Syndicat des journalistes suédois (Journalistförbundet, SJF), ont été forcés d’interrompre leur couverture d’une manifestation à l’occasion de la conférence sur le climat Stockholm +50, avant d’être conduits hors de la ville par la police. Eux aussi ont été traités comme les activistes du climat qui faisaient l’objet de leur reportage. Là encore, la police a confisqué leur équipement et leurs téléphones, qui ne leur ont été rendus qu’après leur libération.

Lorsque Jonas Gratzer et Noa Söderberg ont été priés de s’identifier, la police a refusé d’accepter tout autre document qu’une carte de presse, que, justement, les deux hommes n’avaient pas sur eux et qui, pourtant, ne constituent en aucun cas une condition pour que les journalistes puissent travailler en Suède. Jonas Gratzer a appelé sa rédactrice en chef chez Getty Images, mais la police a refusé de lui parler.

Les autres journalistes présents n’ont pas été inquiétés par la police.

La version policière contestée

Après cet incident, lors d’une réunion avec Erik Halkjaer et la présidente du SJF, Ulrika Hyllert, le directeur médias de la police suédoise, Varg Gyllander, a exprimé ses regrets. Sans promettre que les journalistes ne seraient désormais plus traités de cette manière, il a assuré à RSF et au SJF que la police n’ignorait rien des lois sur la protection des sources journalistiques et sur la liberté de la presse. Toutefois, les porte-paroles des forces de l’ordre ont indiqué qu’alors qu’il est très difficile d’identifier les professionnels des médias à de tels événements, les policiers avaient laissé une chance aux journalistes impliqués de produire une preuve de leur profession – ce que ceux-ci contestent. La police n’a pas commenté la confiscation des équipements, des téléphones et des cartes mémoire.

RSF et le SJF ont déposé une plainte auprès du chancelier de justice suédois, qui rejoint les deux organisations sur la possibilité que la police ait enfreint le droit constitutionnel de protéger les sources journalistiques et maltraité les journalistes. L’incident fait aujourd’hui l’objet d’une enquête par le bureau du procureur.

Des journalistes emmenés de force

Ces deux graves atteintes commises par la police suédoise ont fait suite à un autre incident, le 14 avril, où sept officiers de police ont obligé un journaliste travaillant pour SVT à arrêter de filmer dans une banlieue de la capitale. Bien qu’il se soit identifié avec sa carte de presse, les policiers lui ont confisqué sa caméra et l’ont contraint à leur montrer les prises de vues qu’il avait réalisées. Ils l’ont également pris par les bras et emmené de force, l’accusant d’un délit.

Le délit en question était d’avoir filmé près d’un bâtiment des forces de l’ordre. Considérés comme des objets de sécurité nationale, de tels édifices ne doivent pas être saisis sur pellicule. Toutefois, selon une décision rendue par la Cour suprême suédoise en 2015, il est légal pour un journaliste travaillant pour un média d’information de filmer des objets de sécurité nationale dès lors que c’est pour des raisons informatives et destiné à une publication journalistique.

À la suite de la plainte de RSF et du SJF pour les autres incidents, SVT a à son tour déposé plainte contre la police en juillet auprès de l'ombudsman parlementaire, pour censure et confiscation de matériel journalistique lors de l’incident d’avril. La police a jusqu’au 31 octobre pour justifier ses actes. Parallèlement, le bureau du procureur a lancé une enquête sur les sept officiers de police.

La Suède occupe le 3e rang sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2022.

Image
3/180
Score : 88,84
Publié le