Devant l’ONU, RSF appelle à la libération des journalistes détenus par le régime vietnamien

Reporters sans frontières (RSF) appelle le régime vietnamien à libérer tous les journalistes et défenseurs de la liberté de la presse qu’il détient, et à mettre fin à sa politique de répression du droit à l’information. Dans un rapport conjoint à plusieurs organisations, RSF a transmis ces recommandations au Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

Le 10 octobre 2023, RSF et quatre autres organisations de défense des droits de l'homme, dont Viet Tan, ont soumis des recommandations au Conseil des droits de l'homme des Nations unies à Genève, qui effectuera, dans quelques mois, début 2024, son quatrième examen périodique universel (EPU) des performances de la République socialiste du Vietnam en matière de droits humains.

En 2019, après son dernier examen périodique universel, qui consiste à passer en revue les réalisations de l’ensemble des États membres de l’ONU dans le domaine des droits humains, le régime vietnamien s'était engagé à "garantir la liberté et l'indépendance des médias". La situation dans le pays a, depuis, continué à se dégrader : de nombreux journalistes indépendants ont été condamnés à de lourdes peines de prison, à l’image de Pham Doan Trang, lauréate du prix RSF de la liberté de la presse en 2019, condamnée à neuf ans de prison en 2021.

"Malgré ses engagements pris devant les membres de l'ONU, le régime vietnamien a renforcé sa législation contre le droit à l’information et a intensifié sa répression du journalisme indépendant. La communauté internationale doit saisir l'opportunité de cet examen pour mettre le régime face à ses contradictions et accroître sa pression pour obtenir la libération immédiate des 39 journalistes et défenseurs de la liberté de la presse détenus dans le pays.

Cédric Alviani
Directeur du Bureau Asie-Pacifique de RSF

Au Vietnam, les journalistes emprisonnés sont quasi systématiquement soumis à des traitements dégradants et privés d’accès aux soins médicaux. Le 2 août 2022, le blogueur politique Do Cong Duong meurt en prison à l'âge de 58 ans à la suite de mauvais traitements subis en détention. Plus récemment, en août 2023, la famille du journaliste indépendant Le Huu Minh Tuan, condamné en 2021 à 11 ans de prison, a révélé qu'il souffre d'une grave infection de gale et que les gardiens de la prison ne l'autorisent pas à se faire soigner.
 

Le Vietnam stagne depuis de nombreuses années dans les abîmes du Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF et occupe actuellement la 178e place sur 180 pays.

Image
178/ 180
Score : 24,58
Publié le