Bhoutan

Bhoutan

L’autocensure empêche l'émancipation de la presse

Le Bhoutan est l’un des derniers pays du monde à avoir autorisé la télévision et internet, il y a 20 ans. Aujourd'hui, le royaume est en pleine mutation, et son paysage médiatique avec lui. La radio joue un grand rôle dans la diffusion des informations. La loi sur la communication et les médias de 2018 a confirmé l’instauration d’une autorité dite “InfoComm et Médias”, dont les cinq membres sont directement nommés par le gouvernement, ce qui grève fortement l’indépendance de la presse. Le principal quotidien du pays, Kuensel, publié en dzongkha et en anglais, reste la propriété du gouvernement, et l’audiovisuel public, le Bhutan Broadcasting Service, ne bénéficie pas d’un statut propre assurant son indépendance éditoriale. Le pluralisme poursuit malgré tout son développement, comme on a pu le constater avec la couverture équitable de la campagne pour les élections générales de septembre et octobre 2018. Les publications privées survivent dans un contexte économique difficile, notamment faute de recevoir suffisamment d’annonces publicitaires de la part des autorités. De récents cas de plaintes en diffamation, ainsi que la loi sur la sécurité nationale - qui punit tout propos susceptible de créer “incompréhension ou hostilité entre le gouvernement et le peuple” -, demeurent un frein au libre exercice du journalisme. Plus généralement, au pays du “Bonheur national brut”, l’autocensure demeure particulièrement élevée, beaucoup de reporters n’osant pas couvrir les questions qui pourraient être jugées sensibles par crainte d’apparaître comme un élément contestataire de l’ordre social. La sphère numérique, pour sa part, est en plein boom, et l’information circule de plus en plus sur les blogs et les réseaux sociaux. Revers de la médaille : les journalistes qui osent publier des enquêtes ou des articles critiques font l’objet de campagnes en ligne lancées par des militants politiques qui mêlent désinformation, diffamation et attaques personnelles et/ou racistes.

80
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

+14

94 en 2018

Score global

+0,92

30,73 en 2018

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre