Bélarus : RSF demande la libération de deux blogueurs condamnés à plus de 10 ans de prison

Les blogueurs Édouard Palchys et Ihar Losik, en détention provisoire depuis des mois, ont été condamnés à 13 et 15 ans de prison. Reporters sans frontières (RSF) dénonce des peines extrêmement lourdes et demande au régime biélorusse leur libération immédiate.

Читать на русском / Lire en russe


En cette fin d’année, les procès contre les blogueurs s’enchaînent au Bélarus, les autorités leur infligeant de lourdes peines. Le 17 décembre, le blogueur Édouard Palchys a été condamné à 13 ans de prison à Minsk, lors d’une parodie de procès. Après 15 mois de détention provisoire, il a été jugé coupable d’incitation à la haine, d'organisation d’émeutes de masse, d'organisation d’actions troublant l’ordre public et d'appel à des actions nuisant à la sécurité nationale. Trois jours plus tôt, à Homiel, dans le sud-est du pays, Ihar Losik, consultant pour Radio Svaboda (le service biélorusse du média américain Radio Free Europe/Radio Liberty), a lui été condamné à 15 ans de prison. Après 18 mois de détention provisoire, il a été reconnu coupable d'organisation d’émeutes de masse et d’incitation à la haine, aux côtés de six autres prisonniers politiques, lors d’un des procès les plus longs – 173 jours – qu'a connu le Bélarus. Les deux audiences se sont tenues à huis clos, afin, selon la justice, “d'empêcher la diffusion de documents extrémistes”.

 

“Ces condamnations extraordinairement lourdes, décidées à l'issue de procès iniques, sont les plus sévères qu’ait prononcé la justice biélorusse envers des professionnels des médias cette année, déplore la responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale de RSF, Jeanne Cavelier. L’acharnement de la justice biélorusse et la sévérité inédite des ces deux verdicts laissent présager le pire pour la liberté de la presse dans le pays en 2022. RSF demande la libération immédiate d’Édouard Palchys et d’Ihar Losik.”

 

Fondateur du site 1863x.com et d’une chaîne Télégram éponyme, Édouard Palchys a été arrêté le 27 septembre 2020 alors qu’il cherchait à quitter le Bélarus. Initialement placé en détention administrative pendant 30 jours, il n'est jamais sorti de prison. En avril 2021, les autorités ont classé sa chaîne Télégram comme “extrémiste”, les enquêteurs affirmant qu’elle est “l’arme principale” du blogueur. En 2016 et après dix mois de détention provisoire, Édouard Palchys avait déjà été condamné à de la liberté surveillée par le tribunal de Minsk pour “incitation à la haine” et “distribution de matériel pornographique”.

 

Ihar Losik, dont la chaîne Télégram Belarus Golovnogo Mozga a elle aussi été reconnue comme “extrémiste” en mars 2020, a été arrêté et placé en détention provisoire en juin 2020, avec des centaines d’autres prisonniers politiques, lors des manifestations pré-électorales anti-Loukachenko. En prison, il a dû faire face à de graves pressions physiques et psychologiques qui l’on conduit à deux grèves de la faim, dont l’une de six semaines et à une tentative de suicide.

 

Belarus Golovnogo Mozga, fondée par Ihar Losik, est particulièrement visée par les autorités biélorusses. Son rédacteur en chef, Raman Pratassevitch, a été arrêté le 23 mai 2021 après l'atterrissage forcé d’un avion de ligne entre Athènes et Vilnius par Alexandre Loukachenko. Victime de mauvais traitements physiques et psychologiques, contraint de faire des aveux forcés, il attend toujours son procès dans un lieu tenu secret.

 

Le Bélarus, dont l’appareil d’État n’hésite pas à maltraiter ettorturer des journalistes en prison, occupe la 158e place sur 180 pays dans leClassement mondial de la liberté de la presse 2021 de RSF.

Publié le 23.12.2021
Mise à jour le 23.12.2021