Azerbaïdjan

Azerbaïdjan

Guerre impitoyable contre les dernières voix critiques

Non content d’avoir anéanti toute espèce de pluralisme, le président Ilham Aliev mène depuis 2014 une guerre impitoyable contre les dernières voix critiques. S’ils résistent aux pressions, aux tabassages, aux tentatives de chantage ou de corruption, les journalistes et blogueurs indépendants sont jetés en prison. Les médias libres sont asphyxiés économiquement (Zerkalo, Azadlig) ou fermés manu militari (Radio Azadlig). Pour tenter de faire plier les journalistes les plus récalcitrants ou ceux qui résistent en exil, comme Emin Milli et Ganimat Zahid, les autorités s’en prennent aux membres de leurs familles. Si le régime de Bakou a tenté d’échapper aux pressions internationales en relâchant, début 2016, les journalistes emprisonnés les plus célèbres, ce n’était que pour en arrêter d’autres les mois suivants.

162
au Classement mondial de la liberté de la presse 2017

Classement

+1

163 en 2016

Score global

-1,49

57,89 en 2016

  • 0
    journalistes tués en 2017
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2017
  • 0
    collaborateurs tués en 2017
Voir le baromètre