Afghanistan

Afghanistan

La liberté de la presse sacrifiée

En Afghanistan, 2018 est l’année la plus meurtrière pour les journalistes depuis la chute des Talibans en 2001. Le pays a été frappé par plusieurs attentats dès le début de l’année. Quinze journalistes et collaborateurs des médias ont été tués seulement 9 dans un jour. De nombreux autres sont menacés en permanence par les différentes parties en conflit. La guerre imposée par les Talibans et le groupe Etat islamique, ainsi que les exactions des seigneurs de guerre ou des responsables politiques corrompus sont devenues des menaces permanentes pour les journalistes, les médias et la liberté de la presse. Les femmes journalistes, particulièrement vulnérables dans un pays où la propagande fondamentaliste est appliquée dans plusieurs régions du pays, sont l’une de leurs cibles privilégiées. Alors que les efforts internationaux pour la paix en Afghanistan se multiplient, les inquiétudes pour sacrifier les libertés fondamentales et notamment la liberté de la presse ont augmenté. Face aux menaces, le Centre pour la protection des journalistes afghanes (CPAWJ), soutenu par RSF, a lancé plusieurs campagnes pour la protection des droits des femmes journaliste comme préalable à la paix. L’expérience de ces 17 dernières années a confirmé que la paix et la sécurité sont les principales revendications du peuple afghan, mais que cela ne peut être réalisé et assuré sans des médias libres et indépendants et sans garanties pour la sécurité des journalistes.

121
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

-3

118 en 2018

Score global

+0,73

37,28 en 2018

  • 3
    journalistes tués en 2019
  • 1
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 1
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre