Affaire Khashoggi : RSF avait déposé une plainte confidentielle en France contre le suspect qui vient d’être arrêté à Roissy

L’arrestation le 7 décembre à Paris de Khaled al-Otaibi, suspecté d’être impliqué dans l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi est une excellente nouvelle. Cet individu était ciblé par une plainte déposée par RSF auprès du parquet de Paris en 2019. RSF relance immédiatement la procédure.

Actualisation le 08/12/21: le Saoudien appréhendé hier a été libéré le 8 décembre après vérification par le parquet de son identité et confirmation qu’il s’agissait d’un homonyme. RSF reste pleinement mobilisé pour que toutes les personnes impliquées dans l’assassinat de Jamal Khashoggi soient traduites devant une justice indépendante.


L’ancien membre de la garde royale saoudienne a été arrêté à Roissy le 7 décembre sur la base d’un mandat d’arrêt international émis par la Turquie dans le cadre de la procédure relative à l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Il faisait l’objet d’une plainte déposée par RSF auprès du parquet de Paris en octobre 2019 pour assassinat, torture et disparition forcée, Khaled al-Otaibi étant l’un des suspects du crime perpétré au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul en octobre 2018. 


L’organisation avait maintenu une confidentialité totale sur cette plainte pour permettre son arrestation lors d’un éventuel passage du suspect sur le territoire national. Cette plainte avait été classée sans suite par le parquet, en l’absence d’éléments permettant à l’époque d’établir sa présence en France. RSF relancera la procédure dans les prochaines heures, avant de se constituer partie civile, afin qu’un juge d’instruction soit désigné pour enquêter sur les faits dénoncés.


C’est une excellente nouvelle que la police française n'ait pas fermé les yeux sur la présence sur le territoire national de Khaled al-Otaibi, un des membres du commando "Khashoggi", et ait procédé à son arrestation, déclare le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire. Enfin un protagoniste qui pourra parler. Jusqu’à présent nous n’avions eu droit qu’à un simulacre de procès en Arabie saoudite, à huis clos, et une procédure en Turquie, sans personne dans le box des accusés à part des personnages secondaires. Nous demandons à la justice française de le retenir en France tout le temps nécessaire pour faire la lumière sur son implication dans les crimes dont il est suspecté.


Dans sa plainte en France, RSF rappelait les éléments permettant de cibler Khaled al-Otaibi : les informations réunies par la Rapporteure spéciale de l’ONU dans son rapport sur l’assassinat de Jamal Khashoggi, le fait que Khaled al-Otaibi a été arrêté par l’Arabie saoudite pour sa participation à l’assassinat, et son identification par les Etats-Unis comme un des suspects, ont permis d’établir qu’il était membre du commando ayant participé à l’assassinat de Jamal Khashoggi.


Par ailleurs, RSF a déposé une plainte pénale en Allemagne en mars 2021 contre le prince héritier Mohammed Ben Salmane, plusieurs de ses conseillers et “toute autre personne que l’enquête permettra d’identifier”, pour crime contre l’humanité à propos de la persécution des journalistes saoudiens, y compris l’assassinat de Jamal Khashogghi. RSF y fournissait des éléments concernant en particulier Khaled al-Otaibi.


L’Arabie saoudite occupe la 170e place au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.

Publié le 07.12.2021
Mise à jour le 08.12.2021