Actualités

5 février 2007 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un vingt-cinquième journaliste emprisonné : répression sans répit contre la presse indépendante


La deuxième prison du monde pour les journalistes compte un vingt-cinquième détenu : Ramón Velázquez Toranso, de l'agence Libertad. Depuis la prise de fonctions de Raúl Castro, les agressions et brutalités se multiplient contre la presse dissidente et les déclarations d'intention du pouvoir intérimaire sont sans effet.

Reporters sans frontières déplore que le bilan de la liberté de la presse à Cuba se soit encore aggravé avec la détention de Ramón Velázquez Toranso, journaliste de l'agence indépendante Libertad. Arrêté le 23 janvier 2007 et détenu à la prison provinciale de Las Tunas (Est), le journaliste a entamé le 30 janvier une grève de la faim. Depuis la prise de fonctions de Raúl Castro à la tête de l'État, le 31 juillet 2006, une quarantaine de journalistes ont été interpellés, agressés ou menacés, dont certains à plusieurs reprises.

“Les rares promesses d'ouverture du pouvoir intérimaire de Raúl Castro ne se sont traduites par aucune avancée en matière de liberté de la presse. Les journalistes indépendants continuent de subir les harcèlements et les brutalités de la Sécurité de l'État. Ramón Velázquez Toranso n'a commis d'autre crime que de manifester pacifiquement pour demander davantage de liberté d'expression. Le pouvoir croit-il sérieusement se rapprocher de la communauté internationale en persistant dans l'intransigeance et l'arbitraire ? Il aurait tout à gagner en libérant les prisonniers d'opinion”, a déclaré Reporters sans frontières.

Le 23 janvier, Ramón Velázquez Toranso a été arrêté avec sa femme et sa fille à la gare routière de Ciego de Ávila (Centre). La famille du journaliste avait été à l'initiative, le 10 décembre 2006, d'une Marche pour l'unité, reliant Las Tunas à La Havane, destinée à obtenir des autorités le respect des libertés fondamentales. Le 4 janvier, Rámon Velázquez Toranso, sa famille et d'autres marcheurs avaient été arrêtés une première fois à Ciego de Ávila puis relâchés. Renvoyé à Las Tunas, le journaliste avait été intercepté le lendemain à Camagüey (Centre), d'où il tentait de relancer la marche pacifique. Harcelé depuis plusieurs mois par la Sécurité de l'État (police politique), le journaliste avait été condamné à trois ans de “liberté surveillée” par le tribunal provincial de Las Tunas pour “dangerosité sociale prédélictueuse”.

Le 23 janvier, la femme et la fille du dissident ont recouvré rapidement la liberté tandis que leur mari et père a été incarcéré dans les locaux de la troisième unité de la police nationale de Las Tunas. Transféré au mitard de la prison provinciale “El Típico” du département, le journaliste a entamé une grève de la faim le 30 janvier. La Sécurité de l'État a averti sa famille qu'il serait privé de visite tant qu'il s'abstiendrait de s'alimenter. Ramón Velázquez Toranso fait partie de l'agence indépendante Libertad, basée à Las Tunas, dont le directeur et fondateur, José Luis García Paneque, purge une peine de 24 ans de prison depuis le “printemps noir” de mars 2003.

Directrice de l'agence La Voz de Oriente, Haydee Rodríguez a entamé, elle aussi, une grève de la faim après une perquisition musclée de la Sécurité de l'État à son domicile de Santiago de Cuba (Sud-Est), le 20 janvier 2007. La police politique lui a confisqué les livres, les revues et les crayons qu'elle devait livrer à une bibliothèque indépendante. Le capitaine Giovanis Durán a également emporté son matériel d'enregistrement, deux postes de radio et des documents de l'Union européenne que la journaliste, de nationalité espagnole, reçoit régulièrement.

Le 29 janvier à Ciego de Ávila, selon le site Payolibre, José Mariño, chef provincial du contre-espionnage de la Sécurité de l'État, a violemment interpellé Luis Esteban Espinosa Echemendía, 20 ans, de l'agence Jóvenes sin Censura, avant de le soumettre à un contrôle au commissariat et de saisir son matériel journalistique. Le jeune journaliste avait déjà été arrêté et détenu pendant deux heures par la Sécurité de l'État le 10 janvier. Le 2 février, la police politique a mis à sac le domicile de son collègue de la même agence, Yosvani Anzardo Hernández, pour y chercher en vain de la “propagande ennemie”.

Enfin, le 24 janvier, le tribunal provincial de Camagüey a décidé de reporter au 8 février prochain le procès du journaliste indépendant Armando Betancourt, 44 ans, détenu sans jugement depuis le 23 mai 2006. Selon sa femme, Mercedes Boudet, elle-même menacée d'emprisonnement par la police, Armando Betancourt est incarcéré pour “activités anti-gouvernmentales” mais pourrait être condamné pour un délit de droit commun.