Actualités

8 janvier 2019

Un journaliste-citoyen afghan exécuté par les Talibans

Reporters sans frontières (RSF) condamne l’exécution d’un animateur de radio dans la province de Farah dans l'ouest de l’Afghanistan lors d'un contrôle routier taliban.

L’animateur de deux émissions sur radio Neshat, Javid Noori, qui travaillait également pour la région de Farah, voyageait le 5 janvier 2019 à bord d’un bus qui a été arrêté et contrôlé par les talibans. Pendant la fouille de la trentaine de passagers qui se trouvaient à bord, le journaliste-citoyen a été abattu. Les talibans ont officiellement annoncé « l’exécution un officier d’ennemi lors d’un contrôle”. Selon des témoins, Javid Noori « a été tué après avoir été contrôlé et mis à l’écart. »


Agé de 27 ans, Javid Noori avait commencé à collaborer avec la radio Neshat après ses études de psychologie à l’université de Kaboul en animant l’émission « Psychologie de la vie verte » en 2016. Depuis un an, il animait également « Vendredi soir », une émission diffusée en directe sur les problématiques sociales.


« Cette exécution sommaire est le premier mort de l’année 2019 répertorié dans le baromètre de RSF, déplore Reza Moini, responsable du bureau Afghanistan-Iran de RSF. Il est urgent de mettre un terme à ces pratiques. RSF réitère son appel à  la communauté internationale : toute négociation avec les Talibans doit être préalablement précédée d’une déclaration et d’un engagement explicite à respecter les traités internationaux fondamentaux dans le domaine du droit humanitaire, à commencer par les Conventions de Genève.» 


En 2018, avec 15 morts, l’Afghanistan a été le pays le plus meurtrier pour le journalisme. Ce pays se situe à la 118e place sur 180 pays dans le dernier Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.