Actualités

21 novembre 2016

Turkménistan : Soltan Achilova, harcelée pour des photos d’une file d’attente

Gourbangouly Berdymoukhammedov, président du Turkménistan, en visite en France Crédit: AFP
Reporters sans frontières (RSF) dénonce les attaques répétées à l’encontre de Soltan Achilova, correspondante de RFE/RL au Turkménistan.

Soltan Achilova, correspondante du service turkmène de RFE/RL a été agressée deux fois en l’espace de deux semaines. Le 25 octobre 2016, cette journaliste de 67 ans a été chassée par un policier et le gérant d’un supermarché alors qu’elle photographiait une longue file d’attente. En se rendant à un hôpital un peu plus tard, elle a été interpellée par deux policiers en civil qui lui ont posé une série de questions sur sa famille et son lieu de résidence et l’ont accusée d’avoir pris des photos sans autorisation. Après plusieurs heures d’interrogatoire en pleine rue et après avoir refusé de se rendre au commissariat, elle a finalement été autorisée à partir, mais a été agressée, insultée et volée quelques minutes plus tard par une femme et trois hommes. Soltan Achilova a finalement pu finalement rentrer chez elle, en état de choc.


Ce mois-ci, le 8 novembre, en se rendant de nouveau à l’hôpital, Soltan Achilova a de nouveau été prise à partie par deux femmes qui l’ont accusée de salir le Turkménistan. Le même jour, une femme de son immeuble avait été frappée et jetée à terre par deux assaillantes lui criant « C’est pour avoir pris des photos ». Elles s’étaient, en tout état de cause, trompées de cible.


« Nous condamnons fermement ces attaques contre Soltan Achilova, déclare Virginie Dangles, rédactrice en chef de RSF. La communauté internationale doit réagir contre les atteintes aux droits de l’homme dans ce pays qui, malgré toutes les violations, notamment contre la liberté de l’information, continue de jouir de bonnes relations économiques avec de nombreux pays, dont la France. »


Le Turkménistan occupe l’avant-dernière place dans le Classement de la liberté de la presse établi par RSF, soit la 179ème place sur 180 pays. Le régime ne supporte aucune voix discordante : le service turkmène de RFE/RL, dont la rédaction demeure à Prague, est l’un des seuls médias libres en langue turkmène et ses correspondants sont soumis à de graves pressions. Un seul fournisseur d‘accès gère le réseau internet, peu accessible à la majorité de la population en dehors de cafés internet où la présentation de papiers d’identité est exigée pour toute connexion. La plupart des sites internet délivraint une information indépendante sont de toute façon bloqués. Une campagne pour retirer toutes les antennes paraboliques du pays est actuellement à l’œuvre. Le journaliste Saparmamed Nepeskuliev se trouve toujours en prison sur des charges fallacieuses de détention de drogue. Le président du Turkménistan, Gourbangouly Berdymoukhammedov fait partie de la liste des 35 prédateurs de la liberté de la presse établie par RSF en 2016.