Actualités

25 janvier 2018 - Mis à jour le 26 janvier 2018

Russie : un site d’investigation fermé après la publication d’une enquête sur le chef des services secrets

Le site d’information Russiangate a brutalement mis un terme à ses activités le 24 janvier 2018, au lendemain de la publication d’une enquête sur le chef des services secrets russes (FSB). Reporters sans frontières (RSF) condamne un nouveau coup porté au journalisme d’investigation en Russie.

Читать на русском / Lire en russe


Le sort de Russiangate s’est soldé en moins de 24 heures. Dans la soirée du 23 janvier, le site d’investigation a publié une enquête sur des propriétés immobilières non déclarées par le chef du FSB, Alexandre Bortnikov. Quelques heures plus tard, le site était bloqué dans l’ensemble du pays. La rédactrice en chef de Russiangate, Alexandrina Elagina, affirme n’avoir reçu aucun avertissement préalable de la part de l’autorité de surveillance des télécommunications (Roskomnadzor), qui n’a donné aucune explication.


Le site a été débloqué le lendemain, mais expurgé de l’article sur le chef du FSB. Quelques heures plus tard, Alexandrina Elagina annonçait que les investisseurs avaient pris la décision de mettre fin au financement du média et qu’il serait par conséquent fermé.


« La fermeture de Russiangate est un acte de censure flagrant et inadmissible, déclare Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale au RSF. Le journalisme d’investigation ayant déjà pratiquement disparu des médias russes, ce nouveau coup est un avertissement aux dernières rédactions qui continuent malgré tout à enquêter sur la corruption et d’autres sujets d’intérêt général ».


Dans plusieurs interviews, Alexandrina Elagina a souligné qu’elle avait un accord informel avec les propriétaires du média pour ne pas aborder trois sujets sensibles, à savoir Vladimir Poutine, ses proches et l’église orthodoxe. Le directeur du FSB faisant partie des proches du président, la journaliste présume qu’une de ces conditions a été violée, ce qui explique la fermeture du site. L’article supprimé a été republié sur la plate-forme Telegraph.


Créé en 2016, Russiangate s’est spécialisé sur les enquêtes sur la corruption. Il a notamment publié des investigations sur le patrimoine de hauts fonctionnaires russes et des membres de leurs familles, dont la présidente de la chambre haute du parlement, Valentina Matvienko, et le porte-parole du président, Dmitri Peskov.


La Russie occupe la 148e place sur 180 dans le Classement mondial de la liberté de la presse, publié par RSF.