Actualités

2 juillet 2020 - Mis à jour le 3 juillet 2020

Russie : RSF dénonce la reprise en main d'un grand quotidien économique

Le bras de fer entre les journalistes russes respectueux de l'éthique professionnelle et le Kremlin se poursuit. Celui-ci promeut le rachat de titres, son arme de prédilection, pour infléchir la politique éditoriale de la presse indépendante. Sa dernière victime : le quotidien économique Vedomosti. Reporters sans frontières (RSF) appelle Moscou au respect de ses engagements internationaux.

Читать на русском / Lire en russe


C’était l’une des meilleures publications de Russie. Le prestigieux quotidien économique Vedomosti est désormais aux mains d’un homme d’affaires, Ivan Eremin, connu pour ses liens avec le pouvoir et les responsables des grandes entreprises d’Etat. Sous sa direction, le nouveau rédacteur en chef, Andreï Chmarov, poursuit sa reprise en main du journal : le 30 juin 2020, il a encore supprimé deux articles publiés en ligne sur le vote “populaire” clos hier des amendements à la Constitution, permettant à Vladimir Poutine de rester au pouvoir jusqu'en 2036. 


Malgré plusieurs cas d’ingérence éditoriale en faveur du groupe pétrolier public Rosneft et du Kremlin, Andreï Chmarov a été confirmé dans ses fonctions le 15 juin, contre l’avis de la rédaction. Le même jour, les six rédacteurs en chef adjoints du journal et du site ont annoncé leur départ, tout comme une douzaine d’autres journalistes échaudés par les interventions du rédacteur en chef nommé en mars. 


Une cinquantaine d’autres, soit la majorité, ont décidé de créer une cellule syndicale. En discussion avec la direction, ses représentants exigent l’arrêt de la censure et l’application du code éthique de la rédaction, qui interdit au rédacteur en chef de retirer sans concertation les articles déjà publiés ainsi que de modifier leur sens. S’ils ne parviennent pas à renverser la situation, Vedomosti ne pourra pas redevenir le journal qu’on connut ses lecteurs pendant vingt ans. Ceux-ci sont d’ailleurs nombreux à avoir affiché sur les réseaux sociaux et dans les commentaires en ligne leur intention de résilier leur abonnement.


“Ivan Eremin a manqué à sa promesse de ne pas interférer dans le travail de la rédaction et de respecter le code déontologique exemplaire de Vedomosti, déplore la responsable du bureau Europe de l’est et Asie centrale de RSF, Jeanne Cavelier. Ce changement de propriétaire s’inscrit dans la longue série des atteintes au journalisme indépendant et de la prédation par des proches du Kremlin. Or, signataire du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, Moscou doit protéger la liberté d’opinion et d’expression. Celles-ci ne peuvent être garanties que par le droit à une information fiable.”


Dans une interview à RBC le 1er juin, Ivan Eremin s’était posé comme “le principal gardien du dogme”, le code de déontologie du journal, bafoué à plusieurs reprises par le rédacteur en chef. Le fondateur du groupe médiatique “FederalPress”, qui a remporté des centaines de marchés publics, a par ailleurs avoué qu’il ne connaissait pas le montage financier derrière le rachat du quotidien d’affaires, “préparé par ses avocats”. Or, selon une enquête menée conjointement par Meduza, The Bell, Forbes et Vedomosti, la banque de Rosneft a pris le contrôle en 2017 d’une énorme dette de près de 30 millions d’euros pesant sur l’ancien propriétaire de Vedomosti, Demian Koudriavtsev. Aucune vente n’aurait été possible sans régler cette question. Le porte-parole de la société d’Etat, Mikhaïl Leontiev, aurait ainsi participé à la nomination du rédacteur en chef.


Projet conjoint des quotidiens britannique Financial Times, américain The Wall Street Journal et du groupe de média finlandais Sanoma, Vedomosti s’était imposé après sa création en 1999 comme un titre de référence dans le monde des affaires russes. Les trois investisseurs ont vendu leurs titres après l'adoption en 2015 de la loi interdisant la possession de plus de 20 % des parts d’un média russe par des étrangers. 


La Russie occupe la 149e place au Classement mondial de la liberté de la presse 2019 de RSF.