Actualités

24 avril 2019 - Mis à jour le 7 mai 2019

RSF et neuf autres organisations appellent la Russie à ne pas se couper de l’Internet mondial

Crédit : Alexander Nemenov / AFP

Mise à jour : la loi sur "l'Internet souverain" a été promulguée par le président Vladimir Poutine le 1er mai 2019.



Читать на русском / Lire en russe


Reporters sans frontières (RSF) et neuf autres organisations internationales de défense des droits humains appellent le président Poutine à ne pas promulguer la loi sur “l’Internet souverain”. Récemment adopté par le parlement russe, ce texte ferait franchir à Moscou un palier important en matière de censure en ligne.

L’Internet libre n’est déjà plus qu’un souvenir en Russie, mais la loi que s’apprête à promulguer le président Vladimir Poutine rapprocherait le pays du modèle chinois de censure de la Toile. Sous prétexte de protéger le pays, le texte approuvé le 22 avril par la chambre haute du parlement vise à mettre en place un Internet “souverain”, c’est-à-dire indépendant du réseau mondial et étroitement contrôlé par le Kremlin. Les fournisseurs d’accès à Internet seraient tenus de diriger le trafic vers des infrastructures contrôlées par l’État : points d’échange dûment approuvés, DNS national... Ce qui faciliterait la surveillance et permettrait aux autorités, en cas de “menace sécuritaire” non spécifiée, de bloquer tout ou partie de l’accès à Internet en Russie.


Les dix organisations signataires soulignent que cette loi est contraire aux engagements internationaux de Moscou en matière de respect des droits humains, et menace en particulier la liberté de la presse et le droit à l’information des citoyens russes. Formulé de façon excessivement vague et large, le texte est d’autant plus inquiétant qu’il s’ajoute à un arsenal répressif déjà très fourni. La Russie occupe la 149e place sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF en 2019.


Lire le communiqué (en anglais)