Actualités

12 août 2021

Philippines : RSF salue le non-lieu qui vient de mettre un terme à une énième affaire de diffamation contre Maria Ressa

Maria Ressa s’adresse aux médias lors de son arrivée devant le tribunal de Manille, le 4 mars 2021. Une affaire de diffamation portée à son encontre et contre le site Rappler a été classée sans suite le 10 août 2021 (photo : Maria Tan / AFP).
La coalition #HoldTheLine (#HTL) se félicite de l’abandon des accusations de diffamation portées contre la fondatrice et directrice de Rappler, Maria Ressa, aux Philippines : en deux mois, c’est la deuxième charge fallacieuse à être écartée. La coalition demande à ce qu’il en soit de même pour toutes les autres accusations qui pèsent sur Maria Ressa, Rappler et ses journalistes.

Un tribunal de Manille a décidé, mardi 10 août, de classer sans suite l’accusation portée par le plaignant, un certain Ariel Pineda, professeur des universités, après que celui-ci a informé la cour qu’il ne souhaitait plus poursuivre Maria Ressa et le journaliste de Rappler Rambo Talabong. Cette procédure a  suivi l’annulation, le 1er juin, d’une autre accusation de diffamation portée par l’homme d’affaires Wilfredo Keng, après que ce dernier a décidé de ne plus donner suite à sa plainte.

 

“Nous saluons le retrait, bien que tardif, de cette plainte fabriquée de toute pièce contre Maria Ressa - la dernière accusation d’une série de litiges qui visent clairement à la faire taire, déclare le comité de pilotage de la coalition #HTL. Nous appelons à ce que les autres charges retenues contre Maria Ressa, Rappler et ses journalistes soient immédiatement abandonnées, et que cesse toute pression exercée contre le média et son personnel.”

 

Maria Ressa a été visée par une précédente accusation fallacieuse de diffamation en juin 2020, à la suite d’une plainte déposée par Wilfredo Keng en rapport avec une enquête journalistique sur ses activités professionnelles. Si cette accusation n’est pas annulée en appel, Maria Ressa risque six ans de prison. Rappler et elle font face à six autres charges, dont une de fraude fiscale. Dans le cas où elle était jugée coupable de tous ces chefs, Maria Ressa pourrait se voir imposer une peine cumulée de plusieurs dizaines d’années.

 

La coalition #HoldTheLine continue de solliciter le soutien du public afin de récolter le plus de voix possible pour alimenter le mouvement de protestation en ligne qui perdurera jusqu’à ce que toutes les accusations contre Maria Ressa et Rappler soient annulées, et poursuit la campagne de solidarité #HoldTheMask. La pétition #HoldTheLine reste également ouverte à de nouveaux adhérents.

 

Les Philippines occupent le 138e rang sur 180 pays au Classement mondial pour la liberté de la presse établi par RSF en 2021.

 

Note : cette dépêche relève de l’autorité du comité de pilotage de la coalition #HoldTheLine, sans nécessairement refléter la position des membres de la coalition. Pour plus d’informations, contactez Rebecca Vincent ([email protected]), Julie Posetti ([email protected]) ou  Gypsy Guillén Kaiser ([email protected]).