Actualités

11 juillet 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

"Les commanditaires de l’assassinat barbare d’Aníbal Barrow doivent être identifiés et jugés"


Reporters sans frontières exprime sa vive émotion, suite à la découverte du corps du journaliste Aníbal Barrow, le 9 juillet 2013, près de Villanueva (Cortés), à une vingtaine de kilomètres de l’endroit où il avait été enlevé le 24 juin, près de San Pedro Sula. "Nous exprimons notre solidarité à la famille d’Aníbal Barrow ainsi qu’à l’ensemble des journalistes honduriens, traumatisés par un crime aussi barbare. L’enquête en cours a certes mené à des résultats, mais l’impunité demeurera tant que les commanditaires de l’assassinat d’Aníbal Barrow n’auront pas été identifiés et jugés. La piste professionnelle apparaît hautement probable dans cette tragédie", déclare Reporters sans frontières. Le 10 juillet, les autorités ont confirmé que le corps retrouvé démembré et partiellement calciné à côté d’un lagune, était bien celui du journaliste. Aníbal Barrow aurait été assassiné le jour même de son enlèvement. Aucune rançon n’a jamais été réclamée. Quatre personnes, suspectées d’avoir directement participé au crime, ont déjà été arrêtées. Au moins quatre autres restent toujours activement recherchées par la police, qui a assuré que cet assassinat ne resterait pas impuni. Selon un témoin protégé, un groupe de délinquants opérant dans la zone aurait reçu 400,000 lempiras (environ 15,000 euros) afin de tuer le journaliste. La somme aurait été versée par une personne "haut placée" selon certains médias. Aníbal Barrow est le 36ème journaliste assassiné au Honduras en une décennie selon la commission nationale des droits de l’homme (Conadeh). Reporters sans frontières en a dénombré 26 durant la seule période consécutive au coup d’Etat du 28 juin 2009.