Actualités

27 janvier 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Le cyberdissident Nguyen Khac Toan libéré, mais placé en résidence surveillée


Le cyberdissident Nguyen Khac Toan a été remis en liberté le 26 janvier 2006 après quatre années de détention, mais il fait désormais l'objet d'une assignation à résidence. Il a bénéficié d'une amnistie à l'occasion du Nouvel An lunaire qui sera célébré le 29 janvier. Reporters sans frontières se réjouit de cette libération mais déplore le maintien en résidence surveillée du cyberdissident. Nguyen Khac Toan avait été arrêté en janvier 2002 et condamné le 20 décembre suivant par le tribunal populaire de Hanoi à une peine de douze ans de prison pour « espionnage » assortie de trois ans d'assignation à domicile. Cet ancien officier de l'armée vietnamienne était accusé d'avoir envoyé par courrier électronique des informations à des organisations de défense des droits de l'homme en exil jugées "réactionnaires" par le gouvernement vietnamien. Reporters sans frontières rappelle que deux autres cyberdissidents, le docteur Pham Hong Son, dont l'état de santé est très préoccupant, et l'intellectuel Nguyen Vu Binh, sont toujours emprisonnés au Viêt-nam pour avoir exprimé sur Internet leurs opinions en faveur de la démocratie. Enfin, l'organisation est toujours sans nouvelles des jeunes internautes de la rue Kiem, Truong Quoc Tuan et Truong Quoc Huy, ainsi que de la fiancée de l'un d'eux, Lisa Pham, arrêtés le 19 octobre 2005. Ces jeunes gens, accusés d'avoir violé l'article 19 du code pénal en incitant la population à "renverser le pouvoir", seraient en fait détenus pour avoir simplement participé à un forum de discussion démocrate hébergé sur Pal Talk (paltalk.com). Le 8 décembre dernier, Reporters sans frontières avait demandé aux autorités vietnamiennes de lui communiquer les motifs de ces arrestations, mais cette requête est restée sans réponse. ------------- Créer votre blog avec Reporters sans frontières : www.rsfblog.org