Actualités

23 octobre 2018

Le “crescendo de la guérilla anti-journalistes” de Jean-Luc Mélenchon

ALAIN JOCARD / AFP
Après les insultes et la rhétorique anti-médias, le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a franchi un nouveau cap dans sa guérilla contre les journalistes, en appelant ses partisans à les “pourrir”. Des propos irresponsables et dangereux que dénonce avec fermeté Reporters sans frontières (RSF).



L’évolution des propos de Jean-Luc Mélenchon à l’égard, ou plutôt à l’encontre, des médias, traduit une croissance constante de son hostilité et de sa vindicte. Alors qu’il se livrait à des insultes en mars 2017, lors de la dernière campagne présidentielle, en traitant un journaliste de « C à vous » de « sale con » et de « hyène » et la chaîne France 2 « d’ennemie », il réclamait en décembre de la même année un "tribunal professionnel" des médias contre "les menteurs, les tricheurs, les enfumer".


Des insultes, le leader de la France insoumise est passé au prosélytisme anti-journalistes avec son post de blog dans lequel il estimait la haine des journalistes “saine et juste”. Il qualifiait également la presse de « première ennemie de la liberté d’expression », estimant que le « parti médiatique […] inoculait de la drogue dans les cerveaux », avant de conclure que « le pouvoir médiatique était d’essence complotiste ». Désormais, Jean-Luc Mélenchon appelle ses troupes à passer à l’action de manière claire et nette : "Pourrissez-les partout où vous pouvez, parce qu'il faut qu'on obtienne au moins un résultat. Il faut qu'à la fin il y ait des milliers de gens qui se disent 'les journalistes de France Info sont des menteurs, des tricheurs", a lancé Jean-Luc Mélenchon vendredi sur sa page Facebook.


Reporters sans frontières a plusieurs fois dénoncé les propos irresponsables de Jean-Luc Mélenchon à l’égard des journalistes, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Aujourd’hui nous lui posons la question : qu’allez-vous dire la prochaine fois, vu votre propension à toujours pousser plus loin le bouchon de votre haine contre les journalistes ? Comment allez-vous prolonger le crescendo de votre guérilla anti-journalistes ? Si des esprits fragiles perpètrent des actes violents en s’inspirant de vos propos, vous en porterez la responsabilité.”


La tactique de l’ancien candidat malheureux à la présidentielle est de pratiquer l’affrontement pour se sortir de chaque mauvais pas et d’attaquer frontalement ces médias. Si elle n’est ni nouvelle, ni complètement improvisée, cette pratique toxique est dangereuse.


La France  est classée 33ème place du Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2018.