Actualités

17 juin 2019 - Mis à jour le 20 juin 2019

Le blogueur pakistanais Bilal Khan sauvagement assassiné

Muhammad Bilal KhanMuhammad Bilal Khan compte près de 16.000 abonnés sur Twitter, 22.000 sur Facebook et plus de 48.000 sur sa chaîne Youtube (photo : Twitter).
Très populaire sur les réseaux sociaux du pays, où il s’exprimait notamment sur les questions religieuses, ce jeune citoyen-journaliste a été tué à l’arme blanche en banlieue d’Islamabad. Reporters sans frontières (RSF) appelle les autorités du Pakistan à faire toute la lumière sur ce meurtre.

C’est une effroyable embuscade qui lui a été tendue. Le blogueur Muhammad Bilal Khan, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort hier soir, dimanche 16 juin, en banlieue  d’Islamabad. Un peu plus tôt, en fin de journée, il avait reçu un appel lui enjoignant de se rendre dans la zone dite G-9/4, selon les premiers éléments recueillis par la police. Là, plusieurs individus l’ont attaqué et traîné dans une zone boisée, où il a été achevé à la machette. Un coup de feu a été tiré. Dans leur rapport préliminaire, les policiers décrivent la scène comme ayant été mue par “une haine ou une colère profondes”.   


S’exprimant notamment sur les questions religieuses, Bilal Khan était particulièrement actif sur les réseaux sociaux, drainant une vaste audience : son compte Twitter compte 16.000 abonnés, son compte Facebook plus de 22.000, et sa chaîne Youtube réunit plus de 48.000 abonnés. Dans une vidéo, son père affirme que son fils n’avait pas d’ennemi personnel : “Sa seule faute aura été de parler du Prophète et de ses compagnons.”


“Tous les éléments indiquent que Bilal Khan a été tué en raison de son activité de blogueur, s’inquiète Daniel Bastard, responsable du bureau Asie-Pacifique de RSF. Il est crucial qu’une enquête complète identifie au plus vite les auteurs et les commanditaires de ce meurtre. L’impunité qui entoure les exactions commises contre ceux qui diffusent leurs points de vue sur Internet ne peut plus durer, et toutes les pistes doivent être envisagées.”


En janvier 2017, cinq célèbres blogueurs avait été enlevés en quelques jours depuis différents points du Pakistan, pour être relâchés plusieurs semaines, voire plusieurs mois plus tard. L’un d’entre eux, Ahmed Waqass Goraya, aujourd'hui en exil, estime que ce sont les services de renseignement du pays qui ont agi ainsi pour intimider les voix dissidentes en ligne.


En chute de trois place, le Pakistan se situe à la 142e position sur 180 pays dans l’édition 2019 du Classement mondial de la liberté de la presse récemment publiée par RSF, autour de la thématique de la “mécanique de la peur” qui frappe aujourd’hui les journalistes.