Actualités

4 janvier 2019

La Chine censure un éditeur universitaire britannique

PHOTO: STR / AFP
Reporters sans frontières (RSF) dénonce la censure par Pékin de 83 revues du catalogue de la maison d'édition scientifique Taylor & Francis distribué dans les bibliothèques chinoises.

Le groupe d’édition universitaire britannique Taylor & Francis, qui publie notamment le périodique Asian Studies Review (la Revue des études asiatiques), a confirmé le 20 décembre que son importateur chinois, une officine gouvernementale, avait décidé en septembre de censurer 83 des 1466 revues scientifiques mises à la disposition des bibliothèques en Chine. L’éditeur n’a pas souhaité détailler les publications concernées, mais il est vraisemblable qu’il s’agisse de titres traitant des thèmes habituellement censurés par Pékin tels que l’histoire contemporaine de la Chine, Taïwan, le Tibet, les droits civiques et humains...


« Ce nouvel acte de censure est révélateur de la politique de contrôle total de l’information mise en oeuvre par le président Xi Jinping pour garder le pouvoir, dénonce Cédric Alviani, directeur du bureau Asie de l’Est de Reporters sans frontières (RSF). Après avoir muselé les journalistes, les blogueurs et les internautes, le régime de Pékin s’attaque désormais aux études scientifiques dont les conclusions contredisent sa rhétorique simpliste. »


En novembre 2017, le groupe allemand Springer Nature, qui possède les revues Nature, Scientific American, le Journal de Sciences Politiques Chinoises et la maison d’édition Palgrave Macmillan, avait aussi été contraint par Pékin de bloquer l’accès à 1% des contenus de son site internet accessible en Chine. Quelques mois auparavant, les Presses Universitaires de Cambridge (CUP), une autre institution du monde de l’édition scientifique, avaient annoncé avoir été forcées de bloquer l’accès depuis la Chine à 300 articles de leur revue de sinologie China Quarterly, avant de faire marche arrière devant le scandale provoqué.


La Chine figure au 176e rang sur 180 dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2018 publié par RSF.