Actualités

13 janvier 2017 - Mis à jour le 16 janvier 2017

La chaîne indépendante russe Dojd interdite en Ukraine

Reporters sans frontières (RSF) dénonce la décision des autorités ukrainiennes de mettre un terme à la retransmission sur leur territoire de la chaîne indépendante russe Dojd.

Читать по-русски / Lire en russe


Le 12 janvier 2017, le Conseil national de l’audiovisuel a interdit la retransmission en Ukraine de la chaîne indépendante russe Dojd. Les opérateurs nationaux auront un mois pour se conformer à cette décision à partir de sa publication, le 16 janvier. L’organe de régulation ukrainien reproche à Dojd de violer l’intégrité territoriale en couvrant la Crimée comme un territoire russe, et de transgresser l’interdiction de la publicité sur certaines chaînes étrangères. Volontiers critique à l’égard du Kremlin, la chaîne était jusqu’à présent largement relayée en Ukraine, où elle trouverait jusqu’à un quart de son audience.


“Même si l’organe de régulation a relevé des violations de la législation ukrainienne, rien ne justifie une mesure aussi drastique que l’interdiction de Dojd: au regard des standards internationaux, cette violation de la liberté de la presse n’est ni nécessaire, ni proportionnée, estime le responsable du bureau Europe de l’est et Asie centrale de RSF, Johann Bihr. Les médias indépendants ont un rôle essentiel à jouer pour maintenir un lien entre des populations séparées par la guerre et la propagande. Nous demandons aux autorités ukrainiennes de revenir sur leur décision au plus vite.”


Selon l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ratifié par l’Ukraine, la liberté d’expression ne peut être limitée que lorsque ces restrictions sont non seulement légales, mais également légitimes et nécessaires dans une société démocratique.


Dojd, une chaîne sous pression en Russie


Unique chaîne de télévision fédérale russe indépendante, Dojd subit de fortes pressions dans son propre pays : exclue des principaux bouquets satellitaires et câblés russes et expulsée de ses locaux en 2014, la chaîne a perdu une grande partie de son public et de ses annonceurs. Qualifier la Crimée de territoire ukrainien est passible de peines de prison ferme en Russie, en vertu d’une législation récemment durcie en matière de “séparatisme”. Dojd n’a guère d’autre choix que de s’y conformer, mais cela ne l’a pas empêché de qualifier d’”annexion” le rattachement de la péninsule à la Russie et de maintenir une couverture critique de la politique russe en Ukraine.


“Les virulentes protestations du Kremlin face à l’interdiction de Dojd en Ukraine prêtent à sourire, dans la mesure où cette chaîne a aussi été chassée de la plupart des écrans russes, rappelle Johann Bihr. Si Moscou est réellement attachée à la liberté de la presse, elle peut commencer par lever les restrictions qui pèsent sur Dojd et les autres médias indépendants russes.”


Dérives de la “guerre de l’information” en Ukraine


RSF dénonce régulièrement les violations de la liberté de la presse commises en Ukraine au nom de la résistance contre la propagande russe. Le 5 janvier, des militants de l’association de vétérans “Rapira” ont fait irruption dans les locaux de l’opérateur Klen à Tchernomorsk (Sud). En uniforme, ils ont exigé et obtenu, menaces à l’appui, que l’opérateur interrompe immédiatement la retransmission de Dojd dans la région.


Le 30 décembre, le président Porochenko a promulgué une loi soumettant l’importation de livres russes à une autorisation préalable et introduisant dans la législation la notion de “promotion ou propagande de l’Etat agresseur”.


“Nous attendons des autorités ukrainiennes qu’elles défendent la liberté de la presse face aux minorités agissantes, non qu’elles abondent dans leur sens. La lutte légitime contre la propagande russe ne justifie en aucun cas l’intolérance ou l’amoindrissement du pluralisme”, conclut Johann Bihr.


Même exclue de la télévision, Dojd reste accessible en ligne moyennant un abonnement. L’Ukraine et la Russie occupent respectivement la 107e et la 148e places sur 180 dans le Classement mondial 2016 de la liberté de la presse publié par RSF.