Actualités

7 mars 2011 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Intimidations contre deux cyberdissidents


Accusé de propagande anti-gouvernementale, Nguyen Dan Quê, journaliste indépendant et cyberdissident, âgé de 69 ans, risque la prison pour son appel à la manifestation, lancé dans l'esprit des mouvements en faveur de la démocratie au Moyen-Orient. Le prêtre Nguyen Van Ly, militant des droits de l'homme, pourrait retourner en prison pour ses activités de journaliste en ligne, ce qui aggraverait l'état de santé déjà préoccupant de cet homme de 64 ans, atteint d'une tumeur au cerveau. Alors que le Congrès du Parti communiste, généralement marqué par une recrudescence de la répression des dissidents, s’est clôt en janvier 2011, Reporters sans frontières ne peut que constater avec consternation que les arrestations et le harcèlement contre les défenseurs de la démocratie continuent. Inquiet des risques de contagion des mouvements de contestation qui agitent le Maghreb et le Machrek, obsédé par la défense, coûte que coûte, de la stabilité du pays, le régime de Hanoï est déterminé à réduire au silence les voix citoyennes et à renforcer la censure sur Internet. Reporters sans frontières demande aux autorités vietnamiennes de faire preuve de clémence à l'égard de ces deux cyberdissidents, compte tenu de leur l'âge et de leur état de santé fragile qui ne pourra qu'être aggravé par tout renvoi en prison. Nguyen Dan Quê, a été détenu pendant quarante-huit heures le 28 février, par les autorités d'Ho Chi Minh-Ville (Sud) pour avoir lancé un appel à la mobilisation afin de « tirer profit des mouvements démocratiques en Afrique et au Moyen-Orient » dans lequel il enjoignait le peuple à « se débarrasser de la dictature communiste et à construire un Viet-nâm nouveau, libre, démocratique, humain et progressif ». Il a été relâché sous condition d'une collaboration étroite avec les autorités. Cependant, Reporters sans frontières a appris que Nguyen Dan Quê aurait publié, le 3 mars, un texte dans lequel il annoncerait son refus de collaborer avec la police et dénoncerait l’arbitraire des accusations portées contre lui. Le cyberdissident après avoir passé plus de vingt ans derrière les barreaux, avait été libéré sous caution en 2005 et placé sous haute surveillance. Nguyen Van Ly, cyberdissident, prêtre catholique militant et membre du réseau pro-démocratique « Bloc 8406 » subit des pressions grandissantes de la part des autorités vietnamiennes pour ses articles critiques vis-à-vis du gouvernement et ses appels à la mobilisation citoyenne influencée par les révolutions au Moyen-Orient. Le père Ly avait été condamné à une peine de huit ans de prison ferme en 2007, mais avait bénéficié d'une suspension temporaire de 12 mois pour recevoir des soins intensifs suite à des attaques cérébrales. Une décision juridique décrètera, le 14 mars, de la prolongation de la suspension de peine pour le journaliste, ou de son retour en prison. Ce dernier ne compte, en aucun cas, faire des compromis avec le régime, décrétant : "Cela m'est égal de revenir en prison (…) s'il le faut, je ferai une grève de la faim". Seize autres net-citoyens sont actuellement emprisonnés dans le pays pour s’être exprimés librement en ligne.