Actualités

22 novembre 2019 - Mis à jour le 25 novembre 2019

Hong Kong: cinq mois de violences contre la presse

PHOTO: ANTHONY WALLACE / AFP
Reporters sans frontières (RSF) a reconstitué la chronologie des principales attaques contre les journalistes à Hong Kong depuis le début des manifestations en juin.

Novembre

  • 19 novembre 2019: Plusieurs journalistes couvrant le siège par la police de l'Université polytechnique ont été forcés de s'agenouiller, ont vu des armes braquées vers eux et le contenu de leurs appareils photo et de leurs téléphones portables examiné. Un entrepôt de l’imprimerie du quotidien The Epoch Times, édition hongkongaise, a été victime d'un incendie criminel perpétré par des individus masqués.  
  • 17 novembre 2019: Une grenade lacrymogène tirée par la police sur Cheung Sha Wan Road a atterri dans le sac d'un journaliste de la chaîne de télévision City Broadcasting Channel (CBC), lui occasionnant des brûlures au bras. Un reporter du journal en ligne Mad Dog Daily qui couvrait le siège par la police de l'Université polytechnique le 17 novembre affirme par ailleurs avoir été atteint par un tir de canon à eau qui aurait provoqué une lésion cérébrale nécessitant une intervention chirurgicale d'urgence.
  • 13 novembre 2019: Chan Yu Hong, journaliste pour Stand News, a été diagnostiqué  de chloracné, une maladie de peau rare résultant d'une concentration élevée de dioxines dans le corps, probablement liée à une exposition intense aux gaz lacrymogènes lors de manifestations. 
  • 10 novembre 2019: Une journaliste de Now TV qui se trouvait sur une passerelle près de la mairie de Tsuen Wan a été blessée au bras par une cartouche de gaz lacrymogène tirée par la police. Un journaliste de Stand News a été poussé par la police alors qu'il filmait une arrestation. Dans le district de Mongkok, des journalistes ont rapporté avoir été visés par des gaz lacrymogènes tirés par la police. 
  • 9 novembre 2019: Deux journalistes de RTHK ont été violemment poussé par la police anti-émeute lors d'une opération de dispersion à Mongkok, perturbant la diffusion d’un reportage en direct.
  • 2 novembre 2019: Le hall de l'agence de presse chinoise Xinhua dans le district de Wanchai a été incendié, ce qui pourrait servir d'excuse pour de nouvelles attaques du camps pro-Pékin contre les journalistes.

Octobre

  • 27 Octobre 2019: La photojournaliste indépendante May James a été violentée et interpellée par la police pour avoir porté un masque alors qu'elle couvrait les manifestations à Mongkok. La même nuit, également à Mongkok, un journaliste de Stand News a été touché à la jambe par un projectile tiré par la police.
  • 13 octobre 2019:  Un chauffeur travaillant pour Now TV, nommé Lau, a été touché par un projectile lancé par la police devant le commissariat de Mongkok et détenu pendant deux heures. Lau, qui affirme avoir été battu, a eu une fracture de la mâchoire nécessitant une intervention chirurgicale. La police de Hong Kong a lancé une enquête interne.
  • 5 octobre 2019: La journaliste américaine Suzanne Sataline a été violemment poussée par la police contre un panneau d’affichage, et momentanément retenue alors qu’elle couvrait les manifestations. Elle affirme avoir été frappée et menacée.
  • 1 octobre 2019:  Des journalistes de Stand News et de RTHK ont été touchés par des tirs de balles de défense. Un journaliste de Local Press a été arrêté et détenu au poste de police pendant plus de 24 heures. Des journalistes de Radio Télévision Hong Kong (RTHK) et d’Apple Daily, entre autres, ont été menacés par des policiers portant des armes à feu.

Septembre

  • 29 septembre 2019: Dans le quartier de Wanchai, une journaliste du média en langue indonésienne Suara Hong Kong News, Veby Mega Indah, a perdu toute acuité visuelle à l’oeil droit après avoir été touchée au visage par une balle de défense tirée par la police. Dans le quartier de Causeway Bay, la police a attaqué un journaliste avec du gaz au poivre.
  • 24 septembre 2019: Une journaliste d’Apple Daily, qui était déjà victime de harcèlement, a été agressée par quatre hommes masqués alors qu'elle dînait dans les quartier de Sau Mau Ping.
  • 15 septembre 2019: Un étudiant journaliste de troisième année a été arrêté par la police alors qu'il couvrait les manifestations.
  • 7 septembre 2019:  Deux officiers des forces spéciales ont utilisé des sprays au poivre contre des journalistes de l'AFP, de Ming Pao, de HK01 et de Cable TV. Dans le quartier de Yau Ma Tei, un journaliste de Stand News a été frappé par un homme alors qu'il couvrait.
  • 2 septembre 2019: La police a utilisé des doses importantes de spray au poivre contre des journalistes devant le commissariat de Mongkok. Un membre des forces spéciales a jeté à terre un journaliste de Now TV.

Août

  • 31 août 2019: De nombreux journalistes et photographes ont été interdit de couvrir les évènements par la police à proximité de la station de MTR Prince Edward. 
  • 24 août 2019: Une bande mafieuse pro-pékin s’est attaquée à des journalistes de Now TV ainsi qu’à des reporters de RTHK et Oriental Daily se trouvant à proximité, obstruant ainsi leur reportage. 
  • 11 août 2019: Cinq journalistes travaillant pour Radio Television Hong Kong (RTHK), le média en ligne HK01, le quotidien Ming Pao et un autre média non-identifié ont été agressés par un groupe mafieux pro-Pékin dans le quartier de North Point, tandis qu'un journaliste de Stand News a pour sa part été l’objet d’insultes et de menaces.
  • 5 août 2019: Dans le quartier de Sham Shui Po, un étudiant en journalisme a brièvement perdu connaissance après avoir été atteint par une cartouche de gaz lacrymogène tirée par la police. Dans le quartier de Wong Tai Sin, un journaliste du Sing Tao Daily a été victime de tirs de gaz lacrymogène en plein visage. Un groupe mafieux armé de bâtons a attaqué un photographe du média en ligne HK01 dans le quartier de Tsuen Wan. 

Juillet

  • 30 juillet 2019: Un photo journaliste travaillant pour Apple Daily a été frappé par des policiers dans les parages de la station de police de Kwai Chung, qui ont aussi proféré des menaces à l'encontre d'un journaliste de RTHK. Un grand nombre de journalistes ont été atteints par des gaz lacrymogènes, dont un reporter de Stand News qui a dû être hospitalisé.
  • 28 juillet 2019: La police a fait un usage répété de gaz lacrymogènes contre les journalistes dans les quartiers de Sai Ying Pun et Sheung Wan.
  • 21 juillet 2019: Deux journalistes travaillant pour Stand News et Now TV figurent parmi les 45 personnes sérieusement blessées dans une attaque à grande échelle perpétrée à la station de métro Yuen Long par une bande mafieuse armée.
  • 14 juillet 2019: Un journaliste travaillant pour Commercial Radio Hong Kong a reçu un jet de spray au poivre dans le visage et a plus tard été bousculé par la police dans le quartier de Shatin.
  • 7 juillet 2019: Dans le quartier de Mongkok, la police a agressé verbalement et physiquement trois journalistes travaillant pour Apple Daily, HK01 et Metro Radio.
  • 1er juillet 2019: La radio indépendante Citizens’ Radio, a été attaquée par des individus masqués et armés qui ont endommagé son matériel.

Juin

  • 30 juin 2019: Plusieurs journalistes des médias South China Morning Post (SCMP), Stand News et Next Magazine ont été insultés et frappés à coups de pieds au cours d'une manifestation en faveur de la police dans le quartier d'Amiralty.
  • 12 juin 2019: Plus de 12 attaques contre des journalistes ont été répertoriées dans le quartier d'Admiralty area, dont 10 incluant des tirs de gaz lacrymogènes par la police.

Dans le Classement mondial RSF de la liberté de la presse, la région administrative spéciale de Hong Kong a chuté du 18e rang en 2002 à la 73e place cette année. La Chine, pour sa part, est au 177e rang sur 180 pays et territoires évalués.