Actualités

6 novembre 2020

Exportations des technologies de surveillance : un appel au Conseil de l’UE à privilégier les droits de l’homme

RSF
Reporters sans frontières (RSF) et une coalition d’ONG appelle le Conseil de l’Union européenne à reconsidérer le projet final de réglementation sur les exportations de biens à double usage, dont font partie les technologies de surveillance afin d’y inclure des garanties suffisantes pour les droits humains.

Dans une lettre ouverte adressée au Conseil de l’Union Européenne, RSF et une coalition d’organisations de défense des droits humains interpellent le Conseil de l’UE pour leur demander de reconsidérer d’urgence sa position finale sur la refonte du règlement européen sur les biens à double usage qui doit être votée le 9 novembre prochain, car elle ne répond pas aux normes internationales des droits humains. Ces organisations les appellent ainsi à poursuivre les négociations afin d’y inclure des garanties suffisantes nécessaires à la protection des journalistes et de leurs sources.

 

"Si les institutions de l'UE devaient adopter le projet, ce serait un échec de la politique européenne en matière de droits de l'homme. Les parties aux négociations doivent reconsidérer cette proposition de compromis et répondre aux demandes de la société civile, déclare le directeur exécutif de RSF Allemagne, Christian Mihr. Depuis le printemps arabe, les gouvernements européens sont conscients des violations des droits de l'homme commises dans le monde entier avec les technologies de surveillance de l'UE. L'UE doit de toute urgence prendre des précautions efficaces pour protéger les droits de l'homme et imposer à l'industrie des obligations de diligence appropriées.”

 

Les organisations signataires sont :

  • Access Now
  • Amnesty International
  • Brot für die Welt
  • FIDH (Fédération internationale pour les droits humains)
  • Human Rights Watch
  • Reporters sans frontières (RSF)

 

La lettre conjointe adressée au Conseil de l’Union Européenne est consultable ici.