Actualités

1 juin 2020

Etats-Unis : des violences sans précédent ciblent les journalistes couvrant les manifestations, une conséquence des années de diabolisation des médias par le président Trump

Siège de CNN à Atlanta, Georgie, le 29 mai 2020 /AFP
Les manifestations qui secouent au moins 30 villes des Etats-Unis à la suite de la mort de George Floyd ont donné lieu à de violentes attaques contre des journalistes de la part de la police et des manifestants. Des douzaines d’incidents ont été rapportés jusqu’à présent, allant de menaces à de graves agressions physiques. Reporters sans frontières (RSF) condamne fermement ces attaques et demande que des mesures soient prises sans délai pour protéger les journalistes.

Après l’arrestation en direct d’une équipe de CNN qui couvrait les manifestations à Minneapolis le 29 mai, les attaques contre les médias ont continué de croître dans les quelque 30 villes où se poursuivaient les troubles le 31 mai. Les manifestants protestent contre la mort provoquée par des officiers de police de Minneapolis d’un homme noir non armé, George Floyd, lors de son arrestation le 25 mai.

 

 

Jusqu’à présent, au moins 68 incidents relatifs à des attaques de la part de la police et de manifestants contre des journalistes couvrant les manifestations ont été signalés. Les professionnels de l’information ont été la cible de balles en caoutchouc et de jets de gaz poivré, ils ont été exposés à des tirs de gaz lacrymogènes, ont reçu des coups, des menaces et des intimidations, et ont vu leurs véhicules vandalisés alors qu’ils ne faisaient que leur travail.

 

 

“La diabolisation des médias qu’a entretenue Donald Trump pendant des années porte aujourd’hui ses fruits : ce sont à la fois la police et les manifestants qui s’en prennent à des journalistes clairement identifiés, la première par des arrestations, les seconds par des attaques, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. La relation de cause à effet entre cette diabolisation et ces violences est depuis longtemps évidente. RSF avait alerté sur les conséquences de cette flagrante hostilité envers les médias, et nous assistons aujourd’hui à un déchaînement de violence sans précédent contre les journalistes aux Etats-Unis. RSF demande à toutes les autorités américaines d’assurer une protection totale des journalistes et d’honorer les principes fondateurs du pays concernant le respect de la liberté de la presse.”

 

 

Citons, parmi les attaques les plus graves :

 

 

-       A Minneapolis, la journaliste indépendante Linda Tirado a définitivement perdu l’usage d’un œil après avoir reçu ce qu’elle pense être une balle en caoutchouc tirée par des officiers de police alors qu’elle photographiait les manifestations.

-       A Pittsburgh, Ian Smith, photojournaliste pour KDKA TV, a posté sur Twitter qu’il avait été “attaqué par des manifestants dans le centre-ville près de la salle Arena. Ils m’ont piétiné et roué de coups. Je suis couvert de contusions et en sang, mais vivant. Mon appareil photo a été détruit. Un autre groupe de manifestants m’a tiré de là et sauvé la vie”.

-       A Phoenix, la journaliste de CBS Briana Whitney a été agressée en direct alors qu’un manifestant tentait de lui arracher son micro.

-       A Washington, le journaliste de Fox News Leland Vittert et son équipe ont reçu des coups de poings et des projectiles, avant d’être pourchassés par des manifestants rassemblés devant la Maison Blanche.

 

 

A cela s’ajoutent des arrestations et des détentions de journalistes par la police. A Minneapolis, le correspondant américain de la chaîne australienne 9News Tim Arvier, a été détenu par la police sous la menace d’une arme. A Las Vegas, la photojournaliste indépendante Bridget Bennett a été arrêtée pour “n’avoir pas obéi aux ordres de dispersion” et détenue toute la nuit alors qu’elle était en mission pour l’AFP. Ellen Schmidt, une photojournaliste du Review-Journal de Las Vegas, a également été arrêtée et détenue une nuit à Las Vegas.

 

 

RSF appelle les autorités américaines à prendre des mesures urgentes pour garantir la sécurité des journalistes couvrant les manifestations en cours, dont un moratoire sur les arrestations de professionnels des médias et des instructions immédiates à la police établissant clairement que les journalistes ne doivent pas être la cible de tirs ou de mesures de contrôle pour contenir la foule, et qu’ils doivent être protégés contre des agressions de la part des manifestants.

 

 

Les Etats-Unis occupent le 45e rang sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par RSF.