Actualités

5 septembre 2018 - Mis à jour le 7 septembre 2018

Deux journalistes tués et 6 autre blessés dans un double attentat à Kaboul

Deux journalistes au moins ont été tués et six autres blessés dans un double attentat à Kaboul. Cette attaque porte à 13 le nombre de journalistes afghans tués depuis le début de l’année.

Le journaliste de la chaîne de télévision Tolo News, Samim Faramarz et son caméraman, Ramaz Ahmadi, ont été tués ce mercredi 5 septembre lors d’un double attentat suicide perpétré dans une salle de sport du quartier de Dashte Parchi à l'ouest de Kaboul, la capitale afghane. L’explosion, qui fait au moins 25 morts, a fait également plus de 70 blessés, dont six journalistes. Trois travaillent pour la chaîne Khorshid TV, un pour TV1 et un autre est cameraman pour Associated Press (AP).  Khalad Nikzad, l’un des journalistes de Khorshid TV est gravement blessé.


Les journalistes ont été tués et blessés lors de la deuxième explosion, alors qu’ils étaient venus couvrir la première attaque. C’est la deuxièmes fois cette année que des journalistes sont tués dans un double attentat. Le 30 avril dernier, le deuxième attentat qui avait sciemment visé les  journalistes avaient tué neuf d’entre eux et blessés six autres  gravement. Les informations recueillies par RSF ne permettent pas pour l’instant de déterminer si les journalistes étaient de nouveau délibérément ciblés.


Treize journalistes tués en moins de cinq mois. Le prix payé par la presse afghane qui poursuit sa mission d’information en dépit de la dégradation des conditions de sécurité est extrêmement lourd, déplore Reza Moini, responsable du bureau Afghanistan-Iran de RSF.  Même si nous saluons l’engagement et l’implication du gouvernement afghan en faveur de  la protection des journalistes, il est essentiel qu’il poursuive ses efforts en matière de sécurité et de formations”.


Reporters sans frontières présente ses condoléances aux familles et collègues des victimes.


RSF a mis à jour une nouvelle édition (traduite en persan et en pachtoune) du Guide pratique de sécurité des journalistes, en partenariat avec l’Unesco, à destination des journalistes qui exercent dans des zones difficiles.


L’Afghanistan est classé 118e sur 180 dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2018 de RSF.