Actualités

2 août 2019

Dans une lettre au Procureur général du Guangdong, RSF exige la libération de trois journalistes chinois

Dans une lettre adressée au Procureur général de la province de Guangdong, Reporters sans frontières (RSF) exige la libération de trois journalistes spécialisés dans les droits des travailleurs.

Dans une lettre envoyée aujourd’hui à Lin Yiying, Procureur général de la Province de Guangdong, Reporters sans frontières (RSF) exige la libération immédiate de Yang Zhengjun, Wei Zhili et Ke Chengbing, trois rédacteurs du média d’information chinois iLabour, spécialisé dans les droits des travailleurs.


« Ces journalistes servaient l'intérêt général en dénonçant des manquements graves au droit du travail faisant peser un risque pour la vie des ouvriers, et n’auraient donc jamais dû être arrêtés, estime Christophe Deloire, Secrétaire général de RSF, qui rappelle que la Constitution chinoise « consacre expressément la liberté de la presse et la sécurité des travailleurs. »


Les trois journalistes ont été arrêtés respectivement en janvier et en mars 2019 sous l’accusation vague et infondée de « provoquer des disputes et semer des troubles ». Ils sont semble-t-il toujours détenus au secret sous le régime de Résidence surveillée dans un lieu désigné (RSDL), un système qui les prive de leurs droits et les expose à de possibles tortures et mauvais traitements.


Au moins 114 journalistes et défenseurs de l’information sont actuellement détenus dans les geôles chinoise dans des conditions qui laissent craindre pour leur vie. Dans le Classement mondial RSF de la liberté de la presse 2019, le pays est à la 177e place sur 180.


Lire la lettre dans son intégralité: