Actualités

30 octobre 2017

Corée du Sud: RSF aux côtés des journalistes grévistes

PHOTO: HYEKYEONG KIM
RSF appelle la Commission des communications de Corée (KCC) à satisfaire les revendications des journalistes de l’audiovisuel public, en grève depuis deux mois pour réclamer leur indépendance rédactionnelle.

Depuis le 4 septembre, plus de 3 000 journalistes et employés des groupes d’audiovisuel publics Korean Broadcasting System (KBS) et Munhwa Broadcasting Corporation (MBC) sont en grève, à l’initiative de l’Union nationale des travailleurs des médias (NUMW) et avec le soutien de l’Association des journalistes de Corée (JAK).


Comme lors de précédentes grèves en 2010, 2012 et 2016, les journalistes protestent contre les pressions politiques dont sont victimes les médias publics depuis une décennie. Les grévistes réclament en particulier le départ de leurs présidents, vus comme “parachutés” par le gouvernement précédent, et la réintégration des nombreux collègues injustement sanctionnés dans le passé.


Mettre fin au blocage


Reporters sans frontières (RSF) appelle la Commission des communications de Corée (KCC), qui a le pouvoir de nommer les membres des conseils d’administration des chaînes publiques, à mettre fin au blocage en remplaçant sans tarder les présidents contestés Koh Dae-Young (KBS) et Kim Jang-Kyum (MBC).


RSF appelle aussi les autorités sud-coréennes à modifier en profondeur la réglementation qui régit les médias publics afin que les journalistes puissent à l’avenir travailler dans une complète indépendance rédactionnelle.


La Corée du Sud sort d’une décennie noire en matière de liberté de la presse: dans le classement mondial RSF, le pays est passé du 31e rang en 2006 au 63e rang en 2017.


La récente élection du président de la République Moon Jae-in, ancien avocat et militant des droits de l’homme, laisse néanmoins espérer une amélioration. En juillet, le jour de la visite d’une délégation de RSF, le comité de transition du président Moon a pris l’engagement de faire remonter la Corée du Sud à la 30e place du classement RSF d’ici la fin de son mandat.