Actualités

28 juillet 2020 - Mis à jour le 7 août 2020

Chine : trois journalistes condamnés à de la prison pour avoir dénoncé des cas de corruption

PHOTO: AMNESTY INTERNATIONAL
Reporters sans frontières (RSF) dénonce le jugement par lequel trois journalistes chinois ont été condamnés à des peines de 12 à 18 mois de prison pour avoir dénoncé la corruption de certains officiels.

Wang Hongquan, le fondateur du site anti-corruption The China News Agency, désormais fermé et qui malgré son nom n'était pas lié aux médias d’État chinois, ainsi que deux de ses employés, Tang Yunli et Li Hede, ont été condamnés le 9 juin 2020 à respectivement 18 mois de prison ferme, 13 mois de prison ferme et 12 mois avec sursis par le tribunal du district de Ganyu, dans la ville de Lianyungang (province du Jiangsu), pour avoir « attisé des querelles et provoqué des troubles ». Les deux employés ont été libérés depuis car leur période de détention dépassait leur condamnation, mais Wang Hongquan est encore en prison.


« Informer le public des faits de corruption n’est pas un crime : ces journalistes n’auraient jamais dû être inquiétés et encore moins détenus pour cela », rappelle Cédric Alviani, directeur du bureau Asie de l’Est de RSF, qui appelle à une « révision du jugement » et à la « libération immédiate de Wang Hongquan ainsi que de tous les autres défenseurs de la liberté de la presse détenus en Chine ».


Le site indépendant pour lequel travaillaient les trois journalistes, enregistré à Hong Kong, s’était fait une spécialité de dénoncer les faits de corruption touchant les officiels des gouvernements provinciaux, notamment ceux de Jilin et Heilongjiang (nord-est) et du Henan (sud).


La Chine est la plus grande prison au monde pour les journalistes avec au moins 115 détenus, dans des conditions qui laissent souvent craindre pour leur vie. Depuis qu'il a accédé au pouvoir en 2013, le président Xi Jinping a très fortement renforcé le contrôle des médias privés et publics, ainsi que la censure et la surveillance de l'Internet. 


La Chine est classée au 177e rang sur 180 pays dans le Classement mondial RSF de la liberté de la presse 2020.