Actualités

6 décembre 2021 - Mis à jour le 9 décembre 2021

Cérémonie du prix Nobel de la paix : Maria Ressa et Dmitri Muratov représentent une profession qui compte au moins 1 636 tués en 20 ans (dont 46 cette année)

Le prix Nobel de la paix sera remis le 10 décembre, à Oslo (Norvège), à deux journalistes, la Philippine Maria Ressa et le Russe Dmitri Mouratov. Ces deux professionnels de l'information incarnent l’ensemble des menaces qui pèsent sur le journalisme. La pire ? L’assassinat. En 20 ans, plus de 1 600 journalistes ont été tués, dont 46 pour la seule année 2021, selon les données recueillies par Reporters sans frontières (RSF).

Читать на русском / Lire en russe


Pour la première fois depuis plus de 80 ans, le prix Nobel de la paix sera remis, vendredi 10 décembre, à deux journalistes, la Philippine Maria Ressa et le Russe Dmitri Mouratov. Les deux co-lauréats représentent, selon le comité Nobel, “le courageux combat en faveur de la liberté d’expression”, au moment où la démocratie et la liberté de la presse sont confrontées à des menaces multiples.


Ces menaces se reflètent notamment par le nombre de tués dans la profession. Selon les statistiques établies par RSF, en l’espace de 20 ans, ce sont pas moins de 1 636 journalistes qui ont fait l’objet d’homicide pour avoir exercé leur métier, dont 916 cette seule dernière décennie. Depuis 2015, année où fut adoptée la dernière résolution du Conseil de sécurité de l’ONU concernant la protection des journalistes (le secrétaire général de RSF était intervenu lors de la séance, avant l’adoption de la résolution 2222), le nombre de journalistes tués est en baisse régulière jusqu’à 2021, avec 46 journalistes tués - une baisse sans doute fondée sur des facteurs structurels comme conjoncturels (voir ci-dessous).


« La remise de cette prestigieuse distinction à deux journalistes, au moment où le droit à l’information est en danger du fait de menaces multiples, nous honore et nous oblige, déclare le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire. Nous appelons à un sursaut et à une mobilisation de toutes les parties concernées, à commencer par l’ONU, mais aussi les États et les citoyens. La liberté d’informer exige de nombreuses garanties, mais la première est naturellement que les journalistes puissent rester en vie, continuer à travailler sans avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête. La persistance d’un certain nombre d’États à ne pas protéger les journalistes menacés contribue à accroître l’insécurité. Informer ne doit plus tuer. »



Le chiffre de 46 tués, le plus bas jamais enregistré depuis près de 19 ans, s’explique principalement par la baisse d’intensité de conflits qui se sont avérés particulièrement meurtriers entre les années 2012 et 2016 (Syrie, Irak, Yémen). C’est aussi le fruit de l’intense mobilisation des organisations de défense de la liberté de la presse, et notamment de RSF, pour la mise en œuvre de mécanismes de protection internationaux et nationaux, qui demeurent toutefois insuffisants. Enfin, cette baisse est aussi imputable au choix de nombreuses  rédactions d’envoyer moins de reporters sur le terrain du fait de la pandémie de Covid-19, mais aussi parce que certaines régions du monde, comme la Libye ou le Sahel, sont devenues trop dangereuses pour les professionnels de l’information devenus des cibles.


Les deux co-lauréats honorés par le comité Nobel en 2021 sont originaires de pays considérés comme étant parmi les plus dangereux pour les journalistes.





Les Philippines de Maria Ressa : des journalistes dans le viseur
33 : nombre de journalistes tués aux Philippines en 10 ans.
15 : nombre de journalistes tués depuis l’arrivée au pouvoir du président Rodrigo Duterte, le 30 juin 2016.
8e : en proie à une violence systémique (crise politique, séparatisme, drogue...) et dirigé par le président Rodrigo Duterte, désigné par RSF comme un « prédateur de la liberté de la presse », l’archipel est, sur la base des statistiques recueillies par RSF depuis 10 ans, le 8e pays le plus dangereux pour les journalistes. Une place qu’il partage avec le Yémen rongé par la guerre.
138e : les Philippines occupent la 138e place sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF en 2021.


La Russie de Dmitri Mouratov : homicides et impunité
7 : nombre de journalistes tués en Russie en 10 ans.
37 : nombre de journalistes tués depuis l’arrivée au pouvoir du président Vladimir Poutine, le 7 mai 2000. (Deux autres assassinats sont toujours en cours d'investigation).
21e : la Russie, où six collaborateurs de la rédaction Novaïa Gazeta (dont Anna Politkovskaïa) ont été assassinés depuis sa création en 1993, est le 21e pays le plus meurtrier depuis 10 ans, selon les données recueillies par RSF. Le rédacteur en chef de Novaïa Gazeta, Dmitri Mouratov, leur a dédié son prix Nobel.
150e : la Russie occupe la 150e place sur 180 du Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021.



RSF publiera l’ensemble de ses données chiffrées sur le nombre de journalistes tués, prisonniers, retenus en otage et disparus en 2021, ce jeudi 16 décembre.