Actualités

22 mai 2020

Cambodge : le journaliste Sok Oudom arrêté pour un reportage sur un conflit foncier

Le journaliste Sok Oudom, arrêté mercredi 13 mai dans la ville de Kampong Chhnang, au nord de Phnom Penh, risque deux ans de prison et près de 900 euros d’amende (photo : vodkhmer.news).
Reporters sans frontières (RSF) exhorte les autorités de la province de Kampong Chhnang à prononcer la libération immédiate de Sok Oudom et l’abandon total des charges qui pèsent contre lui. L’organisation demande le rétablissement de la licence du média qu’il dirige.

Interpellé il y a une semaine, il risque deux ans de prison. Le journaliste Sok Oudom, responsable de Rithisen, une station de radio et un site d’information basés dans la province de Kampong Chhnang, au nord de Phnom Penh, la capitale, a été arrêté le 13 mai pour “incitation au chaos”, en vertu de l’article 495 du Code pénal. 


En fait de “chaos”, Sok Oudom s’est contenté de diffuser un reportage sur un conflit foncier entre des villageois et un responsable militaire local, lequel a ensuite porté plainte contre lui. Le jour de la diffusion du reportage, alors que le reporter ne faisait encore l’objet d’aucune inculpation, le ministère de l’information a arbitrairement ordonné la révocation de la licence de Rithisen, au motif que Sok Oudom avait “exagéré” les faits.


Nous appelons les autorités de la province de Kampong Chhnang à libérer Sok Oudom et à abandonner les charges qui pèsent contre lui, déclare Daniel Bastard, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters sans frontières. L’organisation appelle le gouvernement cambodgien à rétablir la licence de Rithisen, qui s’efforçait de transmettre une information fiable et indépendante à ses auditeurs. Les autorités cambodgiennes doivent cesser de réprimer la presse libre pour imposer leur propagande.” 


Le 7 avril, les autorités cambodgiennes ont arrêté le journaliste Sovann Rithy au même motif d’”incitation au chaos”, après que celui-ci a simplement relayé sur Internet un commentaire prononcé le jour-même par le Premier ministre Hun Sen en lien avec le Covid-19.


Le Cambodge se situe à la 144e position sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2020.