Visite du président Al-Sissi à Paris : RSF appelle le président français à oeuvrer pour la libération des journalistes emprisonnés en Égypte

Le président français reçoit, vendredi 22 juillet, son homologue égyptien Abdel Fattah Al-Sissi à l’Élysée officiellement pour s’entretenir sur les conséquences de la crise ukrainienne, notamment. RSF appelle le chef de l’État français à ne pas passer sous silence le sort du blogueur Alaa Abdel Fattah - en grève de la faim depuis plus de cent jours - et des 21 journalistes détenus arbitrairement.

Nous exhortons le président Emmanuel Macron à tout mettre en œuvre auprès de son homologue égyptien pour faire libérer les 22 journalistes dont la détention est totalement arbitraire, déclare le bureau du Moyen-Orient de RSF. Alors que sa grève de la faim peut être fatale, le blogueur Alaa Abdel Fattah ne doit pas, lui non plus, être abandonné. Condamné par une juridiction d’exception sans la possibilité de faire appel, seul le président Abdel Fattah Al-Sissi peut annuler sa peine.” 

Figure emblématique de la révolution égyptienne, le blogueur égyptien Alaa Abdel Fattah a été incarcéré, en 2019, pendant deux ans avant d'être condamné à cinq ans d’emprisonnement pour “appartenance à un groupe terroriste”, “diffusion de fausses informations” et “usage abusif des réseaux sociaux”. Pour protester contre sa détention arbitraire, il observe une grève de la faim depuis le 2 avril. “Un peu de lait écrémé ou une cuillère de miel dans son thé” pour survivre, “ Il consomme ce que l’on estime être 5 % de l’apport calorique moyen normal” par jour, informe sa sœur dans une lettre ouverte. “Mon frère est certain qu'il ne sortira pas vivant de la prison égyptiennes’inquiète-t-elle. En solidarité avec son frère, elle poursuit elle-aussi sa privation de nourriture. 

Pour mettre fin à sa détention arbitraire, les autorités britanniques lui ont accordé la nationalité. Liz Truss, ministre britannique des Affaires étrangères avait affirmé que la Grande-Bretagne “travaillait dur pour obtenir sa libération” et qu’elle “soulèverait le cas” avec son homologue égyptien, Sameh Shoukry, pour obtenir sa libération. Plusieurs députés britanniques avaient signé une lettre adressée à l'ambassade d'Égypte pour obtenir sa libération, mais aucune suite n’a été donnée à ce jour. 

Abdel Fattah Al-Sissi a déclaré 2022 “année de la société civile” en Égypte. Lors de son allocution à l'occasion de la fin du mois de Ramadan, il a même précisé : "La patrie est assez grande pour nous tous. Les différences d'opinion ne doivent pas la gâcher". En ce sens, un “dialogue national” a été lancé le 05 juillet 2022 en vue de libéraliser la vie politique et d’améliorer les droits humains. Si certains détenus politiques ont été libérés, l’Égypte compte toujours parmi les plus vastes prisons pour journalistes au monde, avec  22 journalistes qui croupissent en prison, dans des conditions alarmantes. 

Depuis le début du mois de juillet, quatre détenus politiques ont perdu la vie et au moins 18 depuis le début de l’année. “Ici [en prison] tu dois tomber malade en silence, et mourir en silence”, déclare l’Association des jeunes détenus dans un communiqué

En 2020, Alaa Abdel Fattah a été nommé citoyen d’honneur de la ville de Paris. 

Image
168/180
Score : 30.23
Publié le 22.07.2022